En 2005, l'Espagne a retiré complètement le Mediator

le
0
L'Espagne, à partir d'un seul cas de valvulopathie multiple chez une femme traitée par Mediator, avait décidé de retirer le médicament du marché.

Pourquoi, en France, le Mediator est-il resté sur le marché pendant plus de trente ans ? Pourquoi a-t-il fallu attendre trente-trois ans (de 1976 à 2009) avant de disposer d'une étude mettant en évidence un risque multiplié par trois d'altération des valves cardiaques pour les personnes prenant ce médicament pendant plus de trois mois ? Pourquoi les multiples alertes, et le retrait du médicament en Espagne et en Italie dès 2005, n'ont-elles pas poussé les autorités sanitaires françaises et le laboratoire Servier à une plus grande prudence ?

Les procédures judiciaires qui s'annoncent répondront sans doute à ces questions. En attendant, l'affaire se présente déjà comme l'un des plus grands fiascos de la pharmacovigilance française. Car les autorités sanitaires n'ont pas su voir le faisceau d'arguments qui, depuis quelques années, auraient dû les alerter. Certes, une seule déclaration d'effet secondaire pour un médicament n'est pas suffisante pour le faire re

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant