En 2002, la victoire surprise de Pécresse

le
0
LEUR PREMIÈRE CAMPAGNE - C'était une cantonale, une municipale ou une législative. Ils ont gagné, ou ils ont perdu. Mais, des années plus tard, les politiques n'ont pas oublié leur première campagne électorale, celle qui donne l'onction du suffrage universel.

«Ce sera une promenade de santé». C'est ce que François Bayrou assure à son protégé, le général Philippe Morillon, en lui demandant in extremis de se présenter comme candidat UDF aux législatives de 2002 dans la 2e circonscription des Yvelines. Face à lui, une jeune conseillère de Jacques Chirac à l'Élysée, Valérie Pécresse, 34 ans, bardée de diplômes (HEC, ENA), mène son premier combat électoral. Encore inconnue du grand public, mais très soutenue par le chef de l'État, qui lui a demandé de «penser à se faire élire» la jeune femme n'en mène pas large. En novembre 2011, le «pape» du département des Yvelines, Franck Borotra, l'a conviée à venir dans son bureau. Tout le monde courtise ce proche de Charles Pasqua, président du conseil général, qui a décidé de ne pas se représenter dans une circonscription résolument ancrée à droite, où il dépasse toujours les 60 % de voix au second tour des législatives.

Très intimidée, Valérie Pécresse

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant