En 1961, New York et Washington ont frôlé la catastrophe nucléaire

le
0
En 1961, New York et Washington ont frôlé la catastrophe nucléaire
En 1961, New York et Washington ont frôlé la catastrophe nucléaire

Le 23 janvier 1961, les Etats-Unis ont échappé à une catastrophe qui aurait pu toucher des millions de personnes à New-York, Washington ou Baltimore. Une bombe atomique américaine 260 fois plus puissante que celle d'Hiroshima a failli exploser en Caroline du Nord, selon un document «déclassifié» dévoilé par le Guardian.

Ce jour là, un bombardier B 52 avec à son bord deux bombes atomiques Mark 39 à hydrogène de quatre mégatonnes (l'équivalent de quatre millions tonnes de TNT explosives) décolle pour un vol de routine de Seymour Johnson, la base de la Force aérienne à Goldsboro en Caroline du Nord. Mais pendant cette mission, c'est l'accident : l'avion se disloque et laisse échapper les deux engins. A ce moment là, l'une des deux bombes se comporte exactement comme si elle avait été larguée intentionnellement malgré les mécanismes de sécurité. Son parachute s'ouvre et le processus de mise feu s'enclenche. Une des bombes tombe dans un champ près de Faro, son parachute drapé dans les branches d'un arbre, l'autre dans une prairie. Aucune explosion...

Les autorités ont toujours nié que des vies avaient été menacées

Pendant plusieurs années, les autorités ont toujours nié que des vies avaient été menacées lors de cet «incident». Pourtant, le document secret fait froid dans le dos. La catastrophe a été évitée d'extrême justesse grâce à un modeste interrupteur à faible voltage alors que les trois autres sécurités n'avaient pas fonctionné comme l'a écrit, huit ans après cet incident, Parker Jones, ingénieur aux laboratoires nationaux de Sandia, chargés de la sécurité mécanique de l'arsenal nucléaire. «La bombe MK 39 Mod 2 ne possédait pas les mécanismes de sécurité appropriés pour un usage aéroporté à bord d'un B-52», conclut-t-il dans ce rapport intitulé «Goldsboro revisité, ou comment j'ai appris à me méfier de la bombe H».

Si ce document découvert par Eric Schlosser, un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant