Emprunt toxique : la petite ville de Saint-Cast fait plonger Dexia

le , mis à jour à 10:57
12
Emprunt toxique : la petite ville de Saint-Cast fait plonger Dexia
Emprunt toxique : la petite ville de Saint-Cast fait plonger Dexia

Une longue plage bordée de rochers et un port de plaisance cerné par les terrasses des restaurants... ça, c'est le Saint-Cast-le-Guildo des cartes postales. La petite ville (3500 habitants) des Côtes-d'Armor sera désormais aussi réputée... pour ses emprunts toxiques.

Handicapée par un prêt dont le coût suit l'évolution de franc suisse — soit un taux d'intérêt de plus de 15 % en 2014 —, Saint-Cast-le-Guildo vient de faire plier en justice la banque Dexia, l'ancien plus grand distributeur d'emprunts aux collectivités locales.

Dans un jugement rendu le 26 juin, dont « Le Parisien » - « Aujourd'hui en France » a obtenu copie, le tribunal de grande instance de Nanterre a reconnu que les élus de Saint-Cast-le-Guildo n'étaient pas en mesure, au moment de la signature de leur emprunt, en 2007, de comprendre les produits très complexes commercialisés par Dexia.

« C'est une première, exulte Hélène Feron-Poloni, l'avocate de Saint-Cast-le-Guildo. Dexia avait déjà été condamné pour des problèmes de taux d'intérêt, mais jamais pour un manque d'informations délivrées au client. » Même si la commune n'a pas réussi à faire annuler son prêt, elle a au moins gagné l'annulation d'une partie des intérêts, soit 826 260 €. Un moment crucial, dans un feuilleton entamé au milieu des années 2000.

« Nous avions construit un port. Dexia nous a proposé de revoir l'emprunt initial pour le remplacer par un prêt Tofix », raconte Josiane Allory, la maire (PS) de la commune, à l'époque simple conseillère municipale. « Personne ne se méfiait, poursuit-elle, on travaillait avec Dexia depuis longtemps, en confiance, un peu comme avec un médecin de famille. »

Le taux est passé de 3,99 % à environ 24 %

Problème, le Tofix de Dexia n'avait rien d'un prêt à taux fixe. Deux années à 3,99 % — un score imbattable à l'époque — puis une charge d'intérêt évoluant en fonction d'une formule mathématique ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.e.s.t. le mardi 30 juin 2015 à 13:02

    Méfiez-vous, les voyous sont partout, mais surtout dans les banques!

  • bearnhar le mardi 30 juin 2015 à 12:41

    Il est quand meme remarquable de constater comment les gvts successifs ont soigneusement laissé toutes les victimes des mar-goulins Dexia se dépatouiller chacun dans leur coin, et bien sur aucune sanction de personne dans cette banque. Rien que cela suffit à les classer définitivement. Il faut une sanction massive dans les urnes, à défaut d'autre chose car nous ne sommes pas en démocratie.

  • y.batard le mardi 30 juin 2015 à 12:38

    "tofix": paie le nom du produit !! quant à l'incompétence, on le sait assez. Ce qui est marrant, c'est que des hommes politique FRANCAIS fassent des montage en Francs Suisses...

  • pichou59 le mardi 30 juin 2015 à 12:23

    c'est dingue de voir cette situation, alors que dans les structures importantes, il y a des directeurs financiers......

  • pichou59 le mardi 30 juin 2015 à 12:19

    il faut demander au ministre du chômage, il était administrateur de Dexia, ainsi que d'autres élus (droite et gauche) - il a perçu la dernière année avant sa démission, 20000EUR de jetons de présence!!!!

  • MIKE3000 le mardi 30 juin 2015 à 12:11

    Le problème est de savoir sil y a eu rétrocommission ... sur un compte Suisse!

  • 72805271 le mardi 30 juin 2015 à 11:58

    Encore une socialiste qui ne sait pas compter (quand il s'agit des comptes publics). En ce qui la concerne elle n'a pas emprunté en Francs suisse à titre personnel, pourquoi le fait-elle pour sa commune?

  • 750gr le mardi 30 juin 2015 à 11:58

    On pourra tout reprocher à Dexia mais on ne peut pas nier leur sens de l'humour: ToFix pour un produit à taux variable indexé sur le cours du Franc suisse.

  • M1538196 le mardi 30 juin 2015 à 11:56

    "Or, selon eux, les élus de la petite ville bretonne n'étaient ni professionnels de la finance — même si l'adjoint aux finances de l'époque était dirigeant d'agence bancaire" ... les incompétents sont partout ! Et Vive la France !

  • 72805271 le mardi 30 juin 2015 à 11:56

    Quand on n'est pas compétent, on ne se fait pas élire.