Emprisonné par erreur, il obtient 45.000 euros d'indemnités

le
0
Mohamed Camara a été incarcéré pendant cinq mois car il porte le même nom qu'un homme condamné par contumace pour le viol de deux mineurs.

Il partage le même nom, le même âge et le même lieu de naissance qu'un violeur d'enfants. Victime d'un quiproquo, Mohamed Camara a été emprisonné pendant plus de cinq mois. Lundi, la cour d'appel de Paris lui a accordé 45.000 euros de dommages et intérêts. «Nous sommes satisfaits car sur le plan juridique c'est une première: n'étant que l'homonyme du condamné, l'homme ne pouvait théoriquement prétendre à une indemnisation, car la loi ne prévoit officiellement de dédommagement qu'en cas de relaxe, d'acquittement ou de non-lieu», se félicite son avocat Me Frédéric Berna. L'agent judiciaire de l'État, chargé de proposer une indemnisation, avait reconnu un «choc carcéral important», mais suggérait de n'octroyer que 12.000 euros. L'incarcéré à tort réclamait, lui, 180.000 euros.

Le cauchemar judiciaire de Mohamed Camara c...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant