Empreinte d'Abdeslam et traces d'explosifs retrouvées à Bruxelles

le
0
 (Précisions, presse belge) 
    par Philip Blenkinsop 
    BRUXELLES, 8 janvier (Reuters) - Les enquêteurs belges 
pensent que les explosifs utilisés lors des attentats de 
novembre dernier à Paris et à Saint-Denis pourraient avoir été 
préparés dans un appartement du quartier bruxellois de 
Schaerbeek perquisitionné le mois dernier. 
    La justice belge a annoncé vendredi la découverte par la 
police de ceintures d'explosifs, de traces d'explosifs et d'une 
empreinte digitale appartenant à Salah Abdeslam, en fuite depuis 
les attentats, lors de cette perquisition menée le 10 décembre. 
    Le parquet précise que l'appartement avait été loué sous une 
fausse identité qui pourrait avoir été utilisée par un individu 
arrêté dans le cadre de l'enquête portant sur les attaques du 13 
novembre.   
    "Le parquet fédéral confirme la découverte de matériel 
destiné à la préparation d'explosifs ainsi que celle de traces 
de TATP lors d'une perquisition menée le 10 décembre 2015 au 
troisième étage d'un appartement situé à Schaerbeek", écrit le 
parquet dans un communiqué. 
    "Cet appartement avait été loué sous une fausse identité, 
laquelle pourrait avoir été utilisée par une personne 
actuellement placée sous mandat d'arrêt", ajoute-t-il. 
    "Trois ceintures confectionnées à la main et qui pourraient 
avoir été destinées à transporter des explosifs y ont également 
été découvertes de même qu'une empreinte digitale de Salah 
Abdeslam." 
     
    "PLANQUE" 
    Selon le journal De Standaard, les policiers pensent que les 
explosifs ont probablement servi à confectionner des ceintures 
pour les assaillants du 13 novembre qui ont tué 130 personnes. 
    Deux de ces assaillants avaient vécu à Bruxelles et depuis 
les attentats dix personnes ont été arrêtées en Belgique, 
plusieurs d'entre elles ayant eu des liens avec Salah Abdeslam. 
    Les enquêteurs pensent que l'appartement de Schaerbeek a été 
utilisé par Abdeslam comme "planque" après les attentats, ajoute 
De Standaard. 
    La presse belge a affirmé cette semaine que deux hommes 
avaient supervisé les attentats de Paris et Saint-Denis en 
envoyant ce soir-là, de Belgique, des SMS aux assaillants. 
    Des avis de recherche ont été lancés début décembre contre 
ces deux hommes, contrôlés le 9 septembre dernier à la frontière 
austro-hongroise alors qu'il se trouvait à bord d'une Mercedes 
avec Salah Abdeslam. Ils avaient de faux papiers belges aux noms 
de Samir Bouzid et de Soufiane Kayal.  
    Le journal La Libre Belgique affirme que ces deux hommes ont 
joué un rôle essentiel en assurant la logistique et la 
préparation des attentats. 
    La fausse identité de Soufiane Kayal a été utilisée pour 
louer une maison dans la ville belge d'Auvelais, qui a fait 
l'objet d'une perquisition le 26 novembre. 
    L'autre carte d'identité, au nom de Samir Bouzid, a été 
utilisée quatre jours après les attaques de Paris pour 
transférer 750 euros, via une agence Western Union à Bruxelles, 
au bénéfice de Hasna Aït Boulahcen, tuée dans un raid de la 
police à Saint-Denis le 18 novembre. 
 
 (Nicolas Delame et Guy Kerivel pour le service français, édité 
par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant