Emplois fictifs : Jacques Chirac déclare n'avoir commis «aucune faute»

le
0
«Je n'ai rien fait qui soit contraire à la probité» assure l'ancien président, dans une déclaration lue par ses avocats. Le jugement sera rendu le 15 décembre.

Même si Jacques Chirac n'a pu assister au procès des emplois fictifs de la mairie de Paris, pour raisons de santé, sa voix s'est faite entendre, vendredi, à la barre. Avant que les plaidoiries de ses quatre avocats ne commencent, l'un d'eux, Jean Veil, a lu une déclaration de l'ancien chef de l'Etat. «J'affirme n'avoir commis aucune faute, ni pénale, ni morale», souligne ce texte préparé par l'ancien maire de Paris dans l'optique de sa comparution en mars dernier, première date avancée de ce procès pour détournement de fonds publics.

«Ce procès montrera que je n'ai rien fait qui soit contraire à la probité et l'honnêteté», explique sa déclaration. «Citoyen comme un autre, je me présente devant vous qui statuez au nom du peuple français. Ce rendez-vous est nécessairement un instant politique. Par-delà les blessures et l'épreuve, il me faut l'assumer comme tel. En République, la justice est la même pour tous». «Je veux que les Français sachent qu'il n'y a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant