Emplois fictifs: Chirac ne fera pas appel de sa condamnation

le
0
Condamné jeudi à une peine de deux ans de prison avec sursis, l'ancien président de la République conteste toutefois «catégoriquement le jugement». Avec une vidéo BFMTV

Jacques Chirac ne fera pas appel même s'il «conteste catégoriquement le jugement sur le fond». Condamné jeudi à deux ans de prison avec sursis par le tribunal correctionnel dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, l'ancien président de la République a été reconnu coupable de «détournement de fonds public», «abus de confiance» et «prise illégale d'intérêt» dans les deux volets de l'affaire, instruits par les parquets de Paris et de Nanterre. Seuls deux des neufs autres prévenus ont été relaxés.

Jacques Chirac, 79 ans, justifie sa décision de ne pas faire appel par le fait qu'il n'a «plus hélas toutes les forces nécessaires pour mener par (lui-même), face à de nouveaux juges, le combat pour la vérité». L'ancien chef d'Etat ajoute également «avec honneur» qu'«aucune faute ne saurait (lui) être reprochée».

L'ancien président était accusé d'avoir usé des fonds de la mairie de Paris pour embaucher des personnes dont l'emploi n'avait

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant