Emplois aidés : le mea culpa de François Fillon

le
0
François Fillon pendant un meeting, le 27 août 2014.
François Fillon pendant un meeting, le 27 août 2014.

François Fillon le martèle : il veut faire du travail sur le fond sa "marque de fabrique". Pour cela, il prépare un programme dont il a présenté les différentes thématiques étape par étape devant les médias. Après avoir parlé d'éducation, d'économie, d'immigration et de numérique ces derniers mois, il déclinait mercredi ses idées pour relancer l'emploi des jeunes. Sa priorité : "faire de l'alternance la principale voie d'accès à l'emploi des jeunes". "Je ne veux plus qu'il y ait de diplômes professionnels sans un passage par l'entreprise", a ainsi déclaré l'ancien Premier ministre. Pour étayer son propos, il a cité l'exemple de l'Allemagne "qui compte trois fois plus d'apprentis que la France", et beaucoup moins de chômeurs chez les jeunes (25 % contre 8 %)."Ce n'est pas une raison pour répéter les mêmes erreurs"Dans ce cadre, François Fillon prévoit notamment la suppression pure et simple des contrats aidés, un des principaux leviers de François Hollande pour inverser la courbe du chômage. Il explique que ces emplois ne fonctionnent pas car "ils n'assurent pas l'insertion professionnelle des jeunes et créent des effets d'aubaine concurrençant les dispositifs d'alternance qui, eux, permettent une réelle insertion sur le marché du travail". Le candidat à la primaire UMP souhaite donc réorienter les sommes ainsi dégagées (le dispositif coûte 1,4 milliard d'euros selon lui), pour mettre le paquet sur l'alternance. Une annonce...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant