Emplois aidés : des dispositifs coûteux, à l'efficacité contestée

le
0
Le coût des emplois aidés sera effectivement passé de 2 milliards en 2012 à 2,2 milliards en 2013, puis à 3,3 milliards en 2014.

Mieux vaut payer une personne en emploi aidé que d'indemniser un chômeur. C'est par ce raisonnement - qui évite de dire que l'on cherche à baisser artificiellement le chômage -que les différents gouvernements ont justifié la création de ces postes subventionnés destinés aux ­chômeurs de longue durée, aux ­bénéficiaires de minima sociaux ou aux jeunes.

«On dépense 30 milliards d'euros par an en indemnités chômage, 10,5 milliards en RSA, 3 milliards en allocations de fin de droit. Et on critique les 3,3 milliards que nous investissons en emplois aidés!», tempête-t-on au ministère du Travail. Où l'on dit assumer une enveloppe budgétaire en hausse. Le coût des emplois aidés sera effectivement passé de 2 milliards en 2012 à 2,2 milliards en 2013, puis à 3,3 milliards en 2014. L'équipe Ayrault a, à la fois, allongé la durée des contr...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant