Emploi, emploi, emploi: le gouvernement communique largement sur son objectif 2013

le
5

L'exécutif a de nouveau largement communiqué vendredi sur la mobilisation du gouvernement pour l'emploi, avec deux réunions à l'issue desquelles il a été demandé à chaque ministre d'aller à la rencontre des Français pour expliquer l'action mise en oeuvre.Jugeant que les mesures mises en place souffrent d'un manque de notoriété, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a demandé à ses ministres de prendre leur bâton de pèlerin et d'aller "à la rencontre des forces vives du pays - entreprises, salariés, élus locaux, associations - pour leur dire +voilà la politique du gouvernement+", à l'issue d'un séminaire qui a réuni l'ensemble du gouvernement à Matignon.Les ministres "le font déjà mais nous allons le faire de façon systématique", a-t-il affirmé devant la presse, demandant que tous "retroussent leurs manches". "Il faut que les ministres soient partout sur le territoire national pour expliquer la cohérence de ce que nous faisons", a déclaré devant les journalistes le ministre Bernard Cazeneuve (Affaires européennes). Selon lui, "nous ne faisons jamais assez de pédagogie lorsque nous sommes en crise, lorsqu'il y a des difficultés".Pour sa part, Benoît Hamon (Economie solidaire) a souligné que tous étaient "concentrés sur le même objectif: ça sera la baisse du chômage coûte que coûte".Depuis lundi, l'exécutif redouble de communication sur la "pleine mobilisation" du gouvernement pour "redresser le pays".Lors de ses voeux radio-télévisés, François Hollande promet l'inversion de la courbe du chômage d'ici la fin de l'année et cela "coûte que coûte".Deuxième acte jeudi: le Conseil des ministres de rentrée donne à voir l'image d'un gouvernement tout entier concentré sur "la grande bataille pour l'emploi", selon les mots de Jean-Marc Ayrault sur le perron de l'Elysée.Vendredi, avant le séminaire de Matignon, le chef du gouvernement et dix ministres avaient été conviés à l'Elysée par François Hollande pour une première réunion.Pourtant, près de deux Français sur trois (63%) trouvent que François Hollande n'a pas été convaincant lors de ses voeux télévisés.Au plus bas dans les sondages, le Premier ministre a décidé de monter davantage en première ligne: trois déclarations sur le perron de l'Elysée en un peu plus de 24 heures, une tribune dans Le Monde sur son concept, "le nouveau modèle français", un compte twitter réactivé (suivi de deux tweets vendredi), et la mise en place d'un compte du gouvernement dédié sur le réseau de micro-blogging (@fil_gouv.)Ne s'agit-il pas d'occuper le terrain, à défaut de pouvoir encore présenter des résultats 'Jeudi, l'ancien ministre UMP Roger Karoutchi a qualifié François Hollande et Jean-Marc Ayrault d'"adeptes de la méthode Coué". Or ils devraient "accepter les réalités économiques et sociales et (...) changer de politique"."On dit beaucoup qu'il faut davantage communiquer" et "la communication, c'est la pédagogie de la répétition", s'est défendue sur Europe 1 Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole."C'est clair qu'il y a une dimension de communication", reconnaît auprès de l'AFP le politologue Frédéric Dabi (Ifop). Mais "c'est nécessaire et utile: là, le sens est clair, c'est l'emploi. Sur cette séquence, on ne peut pas reprocher au gouvernement de ne pas être dans la cohérence", affirme-t-il.Avec 3,13 millions de demandeurs d'emplois fin novembre, l'emploi est la préoccupation majeure des Français dans les sondages. De ce fait, "cela paraît logique et cohérent que ce soit mis en avant à ce point" par le pouvoir, estime Brice Teinturier (Ipsos).Bruno Jeanbart (Opinionway) abonde aussi en ce sens: "c'est logique, dans la mesure où le chômage est aussi l'indicateur principal permettant de juger l'action du gouvernement". Toutefois, relève-t-il, cela peut être "risqué, car à court terme, il y a peu de chances pour le gouvernement d'avoir de bons résultats".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8589793 le lundi 7 jan 2013 à 14:34

    Ayrault ; 1er ministre qui a caché son cou. Difficile d'être fiable.

  • devcor le lundi 7 jan 2013 à 13:56

    Et comme aurait dit le général de Gaulle : "Emploi, emploi, emploi.....il ne suffit pas de sauter comme un cabri sur sa chaise en répétant Emploi, emploi, emploi pour créer de l'emploi !" Ce gouvernement est un ramassis de parleurs (des profs et des énarques) qui n'ont jamais travaillé.

  • M6749774 le lundi 7 jan 2013 à 12:12

    Le gouvernemet veut lutter contre le chômage et ne sait pas comment il faut faire. Nos coûts de production et nos transferts obligatoires sont d'environ 25 % plus élevés qu'en Allemagne. La solution c'est uniquement la réduction du train de vie de l'état. Comment voulez-vous que la gauche s'attaque à ceux qui l'ont élue. C'est impossible et 'on revient à Mitterand comme l'écrit jbellet.

  • jbellet le dimanche 6 jan 2013 à 19:38

    Le chômage est le thème central de la campagne de Mitterrand en 1981.Mitterrand affirme détenir la solution au chômage : "je serai en mesure de créer un million d'emplois jeunes durant l'année 1982" dit-il pendant la campagne électorale. De 1.600.000 chômeurs au début des années Mitterrand, le chômage a évolué jusqu'à plus de 3.300.000 à la fin de l'année 1994. j'ai peur que l'histoire se repete!

  • baljo le vendredi 4 jan 2013 à 21:43

    http://www.bvoltaire.fr/adrienabauzit/quand-michel-rocard-devoile-le-pot-aux-roses,7498