Emphysème pulmonaire : un diagnostic trop souvent retardé

le
0

Une étude montre que, dans plus  de la moitié des cas, il aurait pu être  posé au moins cinq ans plus tôt.

C'est une maladie pulmonaire insidieuse qui fait des dégâts considérables. En France, 3,5 millions de personnes sont atteintes, souvent sans le savoir, d'emphysème encore appelé broncho-pneumopathie pulmonaire obstructive (BPCO).

«Il y a deux composantes dans la maladie, explique au Figaro le Pr Gérard Huchon, président de la Fondation du souffle. La première est la bronchite chronique qui fait tousser et cracher et qui est réversible si l'on arrête de fumer.» Car 80 % des malades sont des fumeurs ou anciens fumeurs. «La deuxième composante est la BPCO qui, elle, est irréversible», ajoute le pneumologue.

Autrement dit, les poumons détruits ne se régénèrent pas et l'insuffisance respiratoire s'installe. «C'est pour cela qu'il est fondamental de faire le diagnostic avant que les dégâts ne soient irréversibles. En arrêtant de fumer, ou en se sou...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant