Emmanuelle Cosse (EELV) : «Nous sommes toujours dans la majorité parlementaire»

le
1
Emmanuelle Cosse (EELV) : «Nous sommes toujours dans la majorité parlementaire»
Emmanuelle Cosse (EELV) : «Nous sommes toujours dans la majorité parlementaire»

Emmanuelle Cosse, la secrétaire nationale d'Europe-Ecologie-Les Verts, était l'invitée ce dimanche soir de l'émission «Tous politiques», avec France Inter, «Le Parisien» - «Aujourd'hui en France» et France 24. Au lendemain d'un conseil fédéral agité et très critique vis-à-vis de la politique de François Hollande, elle a assuré que pour voter la confiance à Manuel Valls mardi, «il faut des éléments sur la transition énergétique, des éclaircissements sur les économies engagées». Lundi, le Premier ministre reçoit les parlementaires écologistes.

Participation au gouvernement. «Cécile Duflot a été six ans secrétaire nationale d'EELV, elle était n°6 du gouvernement de Jean-Marc Ayrault donc elle a un poids politique très fort, comme Daniel Cohn-Bendit», a expliqué Emmanuelle Cosse. Samedi, l'ancienne ministre du Logement a expliqué sa décision de ne pas participer au gouvernement de Manuel Valls. «Je n'ai aucune certitude sur ce qu'il fallait faire, je le dis en toute franchise», a avoué pour sa part Cosse.

Mardi, le nouveau locataire de Matignon a bien proposé aux Verts «d'être en charge de l'Energie, d'avoir un texte de loi sur la transition énergétique en juin et pas de construction d'EPR», mais «il n'a pas non plus annoncé quelque chose de mirifique». «Cela rappelle juste l'accord PS-Verts de 2011», rappelle la secrétaire nationale des écologistes. Elle a regretté d'avoir eu «seulement 24 heures pour discuter d'une politique de 3 ans, sans savoir quelles seraient les marges de man?uvre et sans aucune discussion sur les questions économiques». «En Allemagne, on discute quatre semaines quand on a une coalition», a-t-elle soufflé.

Voter la confiance ou non ? «Il n'y a pas que nous qui nous posons la question», a-t-elle rappelé en faisant référence aux parlementaires socialistes qui ont menacé de ne pas voter la confiance à Manuel Valls mardi. «Cela dit quelque chose sur l'état de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7093115 le dimanche 6 avr 2014 à 20:22

    Pathétique leur danse du ventre pour revenir à le soupe Quel niveau.....