Emmanuelle Cosse (EELV) : «J'ai voté pour Hollande, pas pour son couple»

le
0
Emmanuelle Cosse (EELV) : «J'ai voté pour Hollande, pas pour son couple»
Emmanuelle Cosse (EELV) : «J'ai voté pour Hollande, pas pour son couple»

Emmanuelle Cosse, 39 ans, vice-présidente de la région Ile-de-France chargée du logement, est depuis deux mois secrétaire nationale d'Europe Ecologie - les Verts (EELV).

Qu'avez-vous pensé du virage social-démocrate de Hollande?

EMMANUELLE COSSE. On a vu un président dans un nouvel habit, avec des choix affirmés, un objectif lié à l'emploi. Mais il reste beaucoup à éclaircir. Sur les cotisations familiales, nous pouvons comprendre le choix de ne plus les asseoir sur les entreprises. Mais comment sera financée la branche famille? Va-t-on faire la réforme fiscale qu'on attend, avancer sur la fusion impôt sur le revenu-CSG et étendre la CSG aux revenus du capital? Je ne veux ni donner un satisfecit ni hurler avec les loups : François Hollande vient de donner des objectifs, reste à savoir précisément quels chemins il va prendre pour les réaliser. Sur les 50 Mds? d'économie, nous sommes inquiets. L'austérité est un échec partout. Mais s'il s'agit de supprimer les dépenses inutiles et les niches fiscales anti-écologiques, on peut faire d'une pierre deux coups : des économies et la transition écologique!

Fait-il trop de cadeaux aux chefs d'entreprise?

Il y a eu un précédent, c'est le CICE (crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi). Le président et le gouvernement avaient refusé qu'il y ait des contreparties sociales et environnementales. Là, il nous dit qu'il y aura des contreparties. Enfin! Mais nous n'allons pas nous contenter d'un observatoire. Nous voulons savoir quelle est leur teneur, comment elles seront évaluées et quel est le calendrier fixé aux entreprises. C'est pourquoi nous avons des inquiétudes et restons prudents.

Qu'attendez-vous?

Il va falloir fixer des priorités. S'il s'agit d'augmenter la fabrication de véhicules diesels, je ne vois pas l'intérêt. Les contreparties doivent porter sur la durabilité des emplois, les conditions de travail et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant