Emmanuel Macron, très courtisé en vue des futures élections

le
2
Emmanuel Macron, très courtisé en vue des futures élections
Emmanuel Macron, très courtisé en vue des futures élections

Jamais deux sans trois. Jeudi, le gouvernement a mis fin au feuilleton de la loi Macron sur la croissance en utilisant, pour la troisième fois en cinq mois, l'article 49-3 qui lui permet de se passer d'un vote des députés. Le texte fleuve sera adopté aujourd'hui. A moins que le Conseil constitutionnel ne censure ensuite tout ou partie de sa loi, le ministre de l'Economie peut donc commencer à préparer l'avenir.

Certes, Emmanuel Macron n'est pas ravi de finir sa partition sur la dernière fausse note du 49-3, guère apprécié des parlementaires. Même s'il n'y aura pas, cette fois, de dépôt de motion de censure, l'opposition y ayant renoncé. « Mais il n'a pas réussi à faire voter sa loi, cela reste une tâche qu'il ne comprend pas », reconnaît son ami le député PS Pascal Terrasse.

Néanmoins l'étape est franchie. Du coup, désormais, les supputations vont bon train sur l'avenir de Macron. Avec son profil, l'ex-banquier de Rothschild a beau ne pas être considéré par le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, comme « un socialiste », le « Mozart de la finance » est réclamé par ses pairs. Un jour, c'est François Rebsamen qui lui propose « un coup de main » pour le faire atterrir, et élire, en Côte-d'Or. Un autre, Jean Glavany lui fait des clins d'œil pour prendre sa succession dans les Hautes-Pyrénées.

«Il n'a pas besoin de la politique pour vivre, lui»

« C'est un espoir de la politique et il y a des circonscriptions gagnables en Normandie », souligne de son côté François Loncle, député de l'Eure, terre du réformateur Pierre Mendès France. Autant de parachutes en or pour celui qui n'a jamais affronté les urnes. Sans compter la Somme, le Val-de-Marne... Même certains centristes lui font les yeux doux. Dans les couloirs de l'Assemblée nationale, l'ancien député Thierry Cornillet l'a interpellé. Mais lui songeait aux prochaines élections régionales en décembre : « Vous y ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • UBOAT le vendredi 10 juil 2015 à 09:41

    ha bon ! Il a fait quoi de valable depuis qu'il est dans ce gouv de bons à riens ? Des mesurettes pour avoir son nom gravé dans le marbre ... Moi je lui propose un poste de caissier à la BNP de Cayenne en Guyane

  • jeepinv le vendredi 10 juil 2015 à 08:28

    par l'UMP?