Emmanuel Macron ne se sent pas «l'obligé» de François Hollande

le , mis à jour à 21:55
1
Emmanuel Macron ne se sent pas «l'obligé» de François Hollande
Emmanuel Macron ne se sent pas «l'obligé» de François Hollande

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, continue à prendre des libertés vis à vis du gouvernement et du chef de l'Etat. Dans un entretien à paraître ce vendredi dans «L'Est Républicain» et dans d'autres journaux du groupe Ebra, il assure avoir une «loyauté personnelle envers François Hollande». Pour autant, il n'a pas le sentiment d'être «son obligé» ou l'homme d'un «clan».

«J'ai une loyauté personnelle envers François Hollande. Je lui dois de m'avoir fait confiance et de m'avoir nommé au gouvernement. En même temps, lorsqu'un président nomme quelqu'un ministre, il le fait parce qu'il pense que c'est bon pour son pays, pas pour en faire son obligé», affirme le ministre. Emmanuel Macron n'est donc pas l'obligé du président ? «Loyal sur le plan personnel et n'appartenant à aucun clan sur le plan politique. Avec un devoir, tout faire pour que les Français retrouvent le goût de l'avenir», répond-il.

François Hollande avait pourtant fait le 14 avril, lors de son intervention télévisée sur France 2, une déclaration en forme de mise au point: «C'est, entre nous, non pas simplement une question de hiérarchie, il sait ce qu'il me doit, c'est une question de loyauté personnelle et politique».

Emmanuel Macron doit être "dans l'équipe et sous mon autorité", a rappellé François Hollande. #DialoguesCitoyens https://t.co/bDMzAkwR5A— francetv info (@francetvinfo) 14 avril 2016

Prendre le «calendrier politique dans le bon ordre»

Le ministre de l'Economie, qui a lancé le 6 avril son mouvement, En marche!, entend bousculer le «système bipartiste, avec d'un côté le PS et de l'autre les Républicains», et prendre le «calendrier politique dans le bon ordre». «Il faut une recomposition de l'offre politique, et il la faut maintenant», insiste-t-il.

«Dans la logique actuelle, on parle d'abord des personnes (...) Les partis choisissent d'abord un candidat, qui cherche à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M898407 il y a 11 mois

    C'est facile pour lui d'apparaitre "pressé" quand on voit la bande de médiocres politicards inactifs et inutiles qui l'entourent dans ce gouvernement de socialistes ratés et incompétents...