Emmanuel de la Ville, président d'Ethifinance, commente les efforts de gouvernance des PME côtées

le
0
(lerevenu.com) -

Les efforts de bonne gouvernance des PME cotées sont-ils suffisants ?

Les efforts vont dans le bon sens même s'ils demeurent moins marqués pour les entreprises cotées sur Alternext. La structure de l'actionnariat est stable (fondateurs et familles). Le modèle de gouvernance est aussi stable, avec 75% d'entre elles ayant opté pour un Conseil d'Administration et 25% ayant choisi un Conseil de surveillance. Le nombre de membres des Conseils est stable avec une moyenne de huit.

Mais retenons surtout une plus grande ouverture des Conseils aux personnalités externes et indépendantes, une meilleure diversité (les femmes représentent 18% contre 11% en 2009) et une amélioration dans la communication de leur politique RSE (traduisant un engagement auprès de toutes les parties prenantes (actionnaires, clients, salariés, fournisseurs?).

Un bémol reste la place des salariés au sein des Conseils qui sont faiblement représentés au sein des PME/ETI françaises par rapport à leurs cons?urs allemandes ou suédoises.

La relation avec les actionnaires fait-elle partie des critères de bonne gouvernance ?

En effet, nous demandons des informations aux entreprises sur la mise en place de pactes d'actionnaires et de droits de vote double.

Pour un tiers d'entre elles, il existe un pacte et pour 78% des droits de vote double. De tels dispositifs peuvent être néfastes à la bonne relation de l'entreprise avec ses actionnaires.

Dans d'autre cas, malgré le fait

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant