Emery va devoir gérer les egos

le
1

Unai Emery chatouille les égos de ses divas et joue avec le feu. Avec précaution et modération, certes, mais assez pour se brûler les doigts dès que les résultats ne sont pas au rendez-vous. Hier, le technicien espagnol a d'abord choisi de laisser Blaise Matuidi sur la touche. L'international français était pourtant en pleine possession de ses moyens. Simplement, Emery a préféré promouvoir Adrien Rabiot, 21 ans, excellent en milieu de semaine face à Bâle. Un choix fort surtout dans un match aussi brûlant que PSG-OM. Psychologue, l'ex-boss du FC Séville a toutefois pris soin de communiquer sa décision à Matuidi dès samedi matin, à la fin de l'entraînement de veille de match. Pas complètement suffisant toutefois pour apaiser les états d'âme de l'ancien Stéphanois. Toute la journée hier, Matuidi, titulaire lors des cinq derniers matchs du PSG, a ruminé sa surprise et sa déception. En entrant sur le terrain à la place de Marco Verratti, un peu avant l'heure de jeu, il a toutefois ravalé son ressentiment pour donner le meilleur de lui-même et participer activement à la mise sous pression du bloc marseillais. Mais il faut croire que le management du milieu de terrain parisien est un exercice sensible. Au moment où Matuidi entrait en jeu, Verratti lui diffusait son mécontentement à l'oreille de son entraîneur. En prenant bien soin de mettre la main devant sa bouche. Quelques secondes plus tard, il en remettait une couche en se rapprochant du banc de touche. Et cette fois, le petit hibou, dont les propos étaient captés par une caméra de Canal Plus, était plus facile à décoder  : « C'est quoi ça  ? Il (ndlr  : Emery) dit que je suis mal  ? ». Une simple posture ou bien le signe d'un malaise naissant entre l'entraîneur et l'une de ses stars  ? Ce genre de scène se reproduisait un quart d'heure plus tard, au moment de la sortie d'Angel Di Maria, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • solo92 il y a 3 mois

    Anel di maria et lucas n'ont pas le niveau de la ligue 1 . Psg serait bien inspiré de s'en separer au mercato d'hiver