Emergents-Le FMI inquiet de l'endettement excessif des entreprises

le
0

par Mitra Taj LIMA, 7 octobre (Reuters) - L'excès d'endettement des entreprises dans les pays émergents, estimé à 3.000 milliards de dollars (2.666 milliards d'euros) menace de provoquer un rationnement du crédit et des sorties de capitaux dans des économies déjà pénalisées par la baisse des cours des matières premières, a prévenu mercredi le Fonds monétaire international (FMI). Dans un nouveau rapport sur la stabilité financière dans le monde, le FMI estime qu'un retrait désordonné des mesures de soutien à l'économie dans les pays développés pourrait déclencher "un cercle vicieux de ventes paniques, de remboursements et un surcroît de volatilité." La Réserve fédérale américaine a dit être en bonne voie pour une première hausse de ses taux directeurs, en près d'une décennie, avant la fin de cette année. L'excès d'endettement dans les économies émergentes représenterait en moyenne 15% de leur produit intérieur brut, un ratio qui atteindrait 25% en Chine, selon le FMI. Les pays émergents, où les entreprises ont pu s'endetter facilement pour atténuer les conséquences négatives de la crise financière mondiale, sont désormais exposés à un ralentissement du crédit, poursuit le FMI. "Les bilans des entreprises et des banques sont tendus", écrit le FMI qui appelle à une surveillance prudentielle immédiate "des entreprises vulnérables et systémiquement importantes, de même que les banques et autres secteurs qui y sont étroitement liés." L'exposition au risque de crédit de la Chine, qui est en pleine transition de son modèle économique, est particulièrement préoccupante, estime le FMI. La chute de près de 40% des marchés boursiers chinois entre la mi-juin et la fin août et la dévaluation inattendue du yuan par Pékin le 11 août ont provoqué de fortes turbulences sur les marchés financiers internationaux. "Un impact potentiellement négatif sur la qualité d'au moins 800 milliards de dollars d'engagements bancaires transfrontaliers figure parmi les répercussions financières directes", des évolutions en Chine, avertit le FMI, qui estime toutefois que Pékin devrait améliorer l'accès des entreprises à la Bourse comme alternative aux financements bancaires. RISQUES DE LIQUIDITÉ GRANDISSANTS Mais les Etats-Unis ne sont pas en reste. Le FMI estime à 1.500 milliards de dollars le levier induit par les positions sur les dérivés des fonds obligataires américains qui pourraient être massivement débouclées si la normalisation monétaire de la Fed devait entraîner des chocs de liquidité. Banquiers, investisseurs et régulateurs ont fait part de leurs inquiétudes devant les poussées de volatilité sur les marchés obligataires, en particulier après le "krach éclair" du 15 octobre 2014 sur le marché de la dette publique américaine. De nombreux opérateurs de marché ont attribué la baisse de la liquidité du marché et l'augmentation concomitante de la volatilité au renforcement des exigences de fonds propres imposées aux banques qui aurait pesé sur les activités de tenue de marché. "On ne dispose pas de suffisamment de recul pour évaluer l'impact des modifications apportées récemment à la réglementation", relève le FMI qui reconnaît toutefois que "les modifications apportées aux structures de marché semblent avoir fragilisé la liquidité." Dans ce contexte, le FMI recommande que "la normalisation de la politique monétaire américaine se déroule sans heurts afin d'éviter de perturber la liquidité de marché dans les pays avancés et les pays développés." Le résumé analytique du Rapport sur la stabilité financière dans le monde sur le site du FMI : http://bit.ly/1j88Mtk (Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux