Embellie fragile pour Air France-KLM et économies insuffisantes

le
1
EMBELLIE FRAGILE POUR AIR FRANCE-KLM
EMBELLIE FRAGILE POUR AIR FRANCE-KLM

PARIS (Reuters) - Air France-KLM a fait état jeudi d'une nette amélioration de ses résultats au troisième trimestre, tout en soulignant que l'embellie de l'été ne changeait rien à l'impérieuse nécessité de réduire ses coûts.

Le transporteur franco-néerlandais, qui déplorait encore en juillet l'absence d'amélioration de ses résultats, a dégagé une marge d'exploitation de 12,1% au troisième trimestre, quasiment quadruplée comparé à la période correspondante de 2014, certes marquée par une longue grève des pilotes.

Après avoir échoué à négocier des économies avec les syndicats d'Air France, le groupe ne table désormais plus que sur une baisse de 0,5% à 0,7% de son coût unitaire cette année, soit quasiment deux fois moins qu'auparavant (-1%/-1,3%).

Sur le trimestre, Air France-KLM a doublé son excédent brut d'exploitation (Ebitda) à 1,348 milliard d'euros, dépassant largement le consensus Thomson Reuters I/B/E/S (1,057 milliard), contre 682 millions sur la période correspondante de 2014.

Son chiffre d'affaires a progressé de 10,8% à 7,415 milliards d'euros, également au-dessus des attentes (7,236 milliards) et son bénéfice net part du groupe a augmenté à 480 millions, contre 86 millions un an plus tôt.

Air France, qui a vu sa recette unitaire s'améliorer cet été pendant la période de pointe entre début juillet et la mi-août, a enfin réussi à profiter en partie de la baisse du prix du carburant contrairement au premier semestre, marqué par un effet de change euro-dollar négatif, a précisé le directeur financier, Pierre-François Riolacci.

Selon l'Association internationale du transport aérien (Iata), le trafic aérien mondial a progressé fortement en juillet et août, notamment au sein de l'Europe, et il devrait afficher une solide hausse de 4-5% sur l'ensemble de l'année.

Air France et KLM, qui seront toutes deux bénéficiaires cette année, ont amélioré de plus d'un point leur marge Ebitda au cours des quatre derniers trimestres pour atteindre 8,9% au sein de la compagnie française et 8,4% chez sa consoeur néerlandaise.

"Mais c'est fragile, c'est quelque chose qui peut ne pas se perpétuer", a prévenu Pierre-François Riolacci, disant anticiper des hausses de capacité marquées sur le long-courrier en Europe jusqu'au premier trimestre 2016.

Lufthansa, qui publie ses résultats elle aussi jeudi, et IAG (British Airways et Iberia) ont également fait état d'une amélioration de leurs performances, laissant à Air France-KLM un écart de compétitivité à combler, a-t-il souligné.

Air France a maintenu jeudi dernier son "plan B" malgré une amélioration de ses performances cet été, estimant que seul un succès des négociations d'ici janvier permettrait de revenir au plan "Perform 2020", moins drastique.

L'Etat français, qui détient 17,6% d'Air France-KLM, a incité la direction et les syndicats à reprendre les négociations, après les incidents survenus lors d'une réunion du comité central d'entreprise d'Air France présentant des mesures drastiques et au cours duquel deux cadres ont été molestés.

(Cyril Altmeyer, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jphr63 le jeudi 29 oct 2015 à 08:09

    commençons par réduire les avantages "colossaux" accordés aux employés et au comité d'entreprise et Air France/KLM redémarrera.Personne n'ose mettre sur la table ces privilèges.....qui font de notre pays une usine à gaz......explosif