Embargo russe : l'UE va aider les producteurs de pêches et nectarines

le
8
Embargo russe : l'UE va aider les producteurs de pêches et nectarines
Embargo russe : l'UE va aider les producteurs de pêches et nectarines

La Commission européenne va prendre des mesures exceptionnelles pour soutenir le secteur des pêches et des nectarines, au c½ur d'une âpre bataille de concurrence entre la France, l'Italie et l'Espagne. La filière a été affectée par une météo défavorable. Et l'embargo imposé, la semaine passée par Moscou, aux produits agroalimentaires européens n'arrange rien. Le principal syndicat agricole français a salué lundi «la réactivité» de Bruxelles.

«Suite à la récente baisse des prix sur les marchés des pêches et des nectarines, une action urgente est nécessaire (...) Je propose aujourd'hui que la Commission européenne prenne des mesures rétroactives immédiates visant à réduire l'offre et à favoriser la demande», a affirmé lundi dans un communiqué le commissaire européen en charge de l'Agriculture, Dacian Ciolos.

Il s'agit notamment d'accroître de 5 à 10% le volume de fruits autorisés à être retirés du marché et distribués gratuitement. Des mesures exceptionnelles seront également prises pour soutenir les producteurs individuels, a fait savoir la Commission. La décision formelle sera prise dans les prochaines semaines, mais elle s'appliquera rétroactivement à partir de ce lundi.

Avant même l'embargo imposé par Moscou aux produits agroalimentaires européens, les pêches et les nectarines étaient un secteur en difficulté, en raison de conditions météo «particulièrement défavorables cette année», à savoir un printemps doux qui a dopé la production, suivi d'un été frais et humide où la consommation de ces fruits a nettement ralenti.

Bruxelles : «Ce premier pas est un signal»

Prendre ces mesures était «déjà sur la table la semaine dernière, mais l'annonce de restrictions à l'importation par Moscou risque d'aggraver encore la situation du marché (des pêches et des nectarines) et a accéléré la nécessité d'une action», souligne Bruxelles.

«Je n'hésiterai pas à agir et à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mickae82 le mardi 12 aout 2014 à 09:45

    double peine .et c'est la porte ouverte à tous les abus si vous voyez ce que je veux dire

  • gmailla7 le mardi 12 aout 2014 à 07:46

    EUROPE DE M... POLITICIENS DE M.... VOUS AVEZ TOUT DIT spcmg71

  • spcmg71 le lundi 11 aout 2014 à 22:12

    tout ce qui ne sera pas vendu en Russie sera payé par le conribuable européen. C'est pourtant pas difficile de comprendre des évidences comme ça, ou bien ?

  • spcmg71 le lundi 11 aout 2014 à 22:10

    c'est comme toujours : les politiques prennent des décisions, parfois ineptes, et le contrbuable passe, derrière, pour payer les pots cassés.

  • Bchemena le lundi 11 aout 2014 à 21:43

    SORTONS DE L OTAN SORTONS DE L EURO ET CA IRA BCP MIEUX

  • luc00115 le lundi 11 aout 2014 à 20:49

    Ceci est une mesure pour rien qui ne résoud pas le problème. L' Europe n'aurait pas dû suivre Obama comme son petit chiot dans ses stupides décisions. Les Russes ont les moyens de le faire payer très cher à l'Europe et il est fort probable qu'ils ne prendront plus jamais des agrumes chez nous.En plus il faut savoir que le peuple russe sait très ce qu'est l'endurance. La dernière guerre l' a bien prouvé.

  • pbenard6 le lundi 11 aout 2014 à 19:14

    la seule façon d'agir ; réduire mes marges des transporteurs, frigoristes, retransporteurs...

  • opelin le lundi 11 aout 2014 à 17:41

    Une baisse des prix ??? pas pour les consommateurs que nous sommes. C'est comme le pétrole, quand ça baisse on répercute très lentement mais quand ça monte c'est instantané. Les intermédiaires doivent bien se gaver ...