Embargo russe : l'UE débloque 125 millions d'euros pour aider les maraîchers

le
7
Embargo russe : l'UE débloque 125 millions d'euros pour aider les maraîchers
Embargo russe : l'UE débloque 125 millions d'euros pour aider les maraîchers

Bonne nouvelle pour les producteurs européens de fruits et légume. La Commission européenne a annoncé ce lundi le déblocage de «quelque 125 millions d'euros» pour soutenir le secteur maraîcher de l'Union européenne, frappé par l'embargo russe d'un an sur les produits alimentaires occidentaux.

Ces mesures de soutien du marché doivent entrer en vigueur ce lundi. Elles concernent les carottes, tomates, choux blancs, poivrons, choux-fleurs, concombres et cornichons, champignons, pommes, poires, fruits rouges, raisins de table et kiwis. La Commission a indiqué qu'elle «n'hésiterait pas à soutenir d'autres secteurs», notamment fromages et viandes, également frappés par l'embargo.

Les principaux bénéficiaires : Pologne, Lituanie, Belgique et Pays-Bas

«L'idée est de réduire les quantités mises sur le marché pour que les prix ne chutent pas à un niveau de crise » a précisé le porte-parole de la Commission à l'agriculture, Roger Waite. «Tous les cultivateurs des produits concernés, qu'ils appartiennent ou non à des organisations de producteurs, seront éligibles», a pour sa part précisé le commissaire à l'Agriculture, Dacian Ciolos.

Une fois formalisées, d'ici quelques semaines, les mesures s'appliqueront de manière rétroactive à partir du 18 août et resteront en vigueur jusqu'à fin novembre. Grands fournisseurs de légumes périssables et de fruits à la Russie, la Belgique, les Pays-Bas, la Pologne ou la Lituanie, seront les principaux bénéficiaires de ce soutien. 

Les producteurs indemnisés à hauteur de 50% à 100%

La Commission peut financer ces mesures d'urgence via une réserve de crise de plus de 420 millions d'euros par an. Le dispositif prévoit d'accroître de 5% à 10% le volume des produits pouvant être retirés des marchés et d'indemniser les producteurs à hauteur de 50% à 100%, selon que le produit est commercialisé sous une autre forme, n'est pas récolté ou est distribué ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cesarski le lundi 18 aout 2014 à 14:30

    absurdité maximale ; pour quelles raisons les lois du marche qui est la religion de l union européenne ne s'appliquent elles pas. C'est de la distorsion de concurrence, interventionnisme , une amende et plainte a l OMC serait parfaitement justifiées. Pour une fois que le consommateur pourrait bénéficier du marche on l'en prive. On voit bien la logique uniquement mercantile de l union

  • c.debarg le lundi 18 aout 2014 à 14:27

    c'est le contraire de l'impot concernant les plus valuespar mauvais temps si tu perds ton capital , on vous dit !vous avez dix ans pour recuperer vos pertes mais comme vous n'avez plus rien , vous ne recuperer rien puisque vous n'avez plus rien

  • titide le lundi 18 aout 2014 à 14:23

    encore des impots en plus pour payer leur nullité !!

  • M6445098 le lundi 18 aout 2014 à 14:22

    125 millions d'€ de notre argent et d'argent emprunté sur les marchés financiers. c'est donc bien nous qui payons la note de ce conflit éco et commercial stupide...seule consolation : ça fait plaisir et beaucoup rire les USA.

  • 14rc259 le lundi 18 aout 2014 à 14:21

    Si les fruits et légumes étaient moins chers, les Français comme les autres en mangeraient plus. C'est mon cas et je pense ne pas être le seul.

  • imagine7 le lundi 18 aout 2014 à 14:15

    De toute façon ils nous vendent de la m....

  • Bchemena le lundi 18 aout 2014 à 14:13

    mouarf LOL deja la FNSEA a chiffré rien que pour la France c est 300 millions de pertes par an et c est qu une première estimation ...