Embargo en Russie : risque d'engorgement du marché européen

le
54
Embargo en Russie : risque d'engorgement du marché européen
Embargo en Russie : risque d'engorgement du marché européen

Alors que le gouvernement russe a décrété ce jeudi une «interdiction totale» de la plupart des produits alimentaires en provenance des pays d'Europe, l'Union européenne craint un double effet sur son économie. D'une part, le manque à gagner sur le marché russe est loin d'être négligeable, d'autre part les exportateurs vont se rabattre sur le marché communautaire, au risque de le saturer. Notamment dans le secteur des fruits et légumes, dont le pays de Vladimir Poutine était un très bon client.

10% des importations de l'Europe. Avec l'Ukraine (avant la crise) et le Brésil, l'Allemagne et les Pays-Bas figuraient en 2013 parmi les principaux fournisseurs de la Russie, qui importe 35% de sa consommation alimentaire. La Russie absorbe ainsi 10% des exportations agricoles et agroalimentaires de l'Union européenne. Soit, selon Eurostat, un montant de 12 milliards d'euros par an.

Fragilisation d'un secteur déjà en crise. «La Russie est exportatrice de céréales mais fortement importatrice de légumes et fruits et de produits transformés tels la viande, les produits laitiers», explique Xavier Beulin, patron du principal syndicat agricole, la FNSEA. Fruits frais, fromages, porcs... représentent à chaque fois un volume d'affaires d'un milliard d'euros environ. Les légumes , marchandises qui manquent le plus aux tables russes, représentent 770 millions d'euros. Les pommes, les tomates et les pêches en particulier sont achetées chez les Européens qui traversent justement une grave crise cette saison, en raison d'une production abondante, au demeurant hautement périssable. Les vins et spiritueux, spécialités de la France, représentent 1,5 milliard d'euros.

Pour la France, un manque à gagner de plus de 25 millions d'euros. Selon la fédération des producteurs de fruits français (FNPF), les Français ont expédié pour près de 26 millions d'euros de fruits en Russie en 2012. Au total, Paris a expédié l'an passé 1,17 milliard d'euros ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le dimanche 10 aout 2014 à 23:33

    Pour la FRANCHECOMTÉ (pardon Région Duchmolle),c'est 1,5 Milliards de chiffre en moins...Cela va faire mal pour les autres régions.Les sociétés de Trading Russes affluent à Genève et Zürich,la Suisse est un pays Neutre...HA!...HA!... HA!... HA!....

  • YAAC2 le vendredi 8 aout 2014 à 19:23

    Je suis sidere de voir la naïvete de nos hommes ( et femmes ) politiques françaises. Ce n'est pas propre à ce gouvernement mais a force de se tirer des balles dans le pied. Un peu de pragmatisme ferait du bien. Oui Staline et Mao sont morts n'en deplaisent à nos intellectuels de tous ords: il faut reviser vos manuels d'économie

  • r.espic le vendredi 8 aout 2014 à 17:58

    www.les-crises.fr

  • gpadbol le vendredi 8 aout 2014 à 12:38

    Ils trouveront bien un moyen de maintenir les prix de ses fruits voire de les augmenter.

  • puck le vendredi 8 aout 2014 à 11:43

    magnifique occasion de sonner les surplus aux restos du coeur !

  • M8555918 le vendredi 8 aout 2014 à 10:38

    L'Alliance atlantique s'est alarmée ces derniers jours de la présence croissante des ukrainiens à la frontière polonaise, passée, selon elle, de 12.000.000 hommes mi-juillet à 20.000.000 hommes actuellement. Elle craint que ces gens attendent sur leurs valises pour envahir les villes et les campagnes européennes…

  • cesarski le vendredi 8 aout 2014 à 10:02

    tres bien les prix vont baisser ou les produits vont finir a la decharge, quel beau modele de societe

  • dupon666 le vendredi 8 aout 2014 à 01:34

    le maîden qui se rerevolte.....on va voir ce que nos chers medias en disent maintenant qu'il ne nous sert plus à rien..voire meme est devenu genant

  • dupon666 le vendredi 8 aout 2014 à 00:50

    toute discussion honnete ne devrait s"appuyer que sur les faits et chiffres admis par les deux camps...le reste n'est que propagande d'un camp ou d'un autre..

  • dupon666 le vendredi 8 aout 2014 à 00:38

    vos "informations" concernant les rebelles et les russes sont tres interessantes..reste à savoir d'ou elle viennent..en attendant la simple repartition des russophones et des votes lors des dernieres elections "honnetes" montre que ce pays est tres loin d'etre homogene et qu'il etait tres facile de le transformer en terrain de bataille..