Elysée : premier meeting de campagne pour François Hollande

le , mis à jour à 09:40
6
Elysée : premier meeting de campagne pour François Hollande
Elysée : premier meeting de campagne pour François Hollande

Ne cherchez pas d'affiches électorales, encore moins un slogan. Mais mardi matin, au Théâtre du Rond-Point de son ami Jean-Michel Ribes — et sous couvert d'un colloque sur « La gauche et le pouvoir » —, François Hollande a bel et bien tenu son premier meeting en vue de l'élection présidentielle de 2017. Quatre-vingts ans après l'avènement du Front populaire au printemps 1936, quatre ans après le début de son propre quinquennat et, surtout, à un an pile du prochain scrutin présidentiel.

A l'écouter, le doute n'est plus vraiment permis sur sa candidature qu'il doit officialiser en décembre. « Ceux qui voulaient l'enterrer peuvent se repasser la bande de son discours », glisse, hilare, Razzy Hammadi. Comme le député de Seine-Saint-Denis, nombreux sont les responsables PS à avoir été invités par la Fondation Jean Jaurès pour écouter le « président-ça-va-mieux » qui repeint son bilan... en rose ! Retour de la croissance, baisse du chômage, redémarrage de l'investissement, etc.

« Ce que nous construisons, pas à pas, pierre après pierre, c'est un compromis dynamique et juste », affirme-t-il comme pour mieux répondre à ceux qui, à gauche, lui reprochent d'avoir tourné le dos à sa promesse de changement affichée en 2012. Cette gauche-là, de Nuit debout à Jean-Luc Mélenchon en passant par la CGT, Hollande n'hésite pas à la renvoyer à son discours incantatoire. « Rien ne remplace l'acte de gouverner », lance-t-il, oubliant les ratages comme la déchéance de nationalité ou les promesses non tenues tel le droit de vote pour les étrangers aux élections locales.

Nouveau cadeau fiscal promis

Il passe aussi sous silence les mauvais sondages. Comme tout candidat en campagne, le chef de l'Etat n'est pas venu les mains vides. Nouveau cadeau fiscal en vue, donc, avec une baisse des impôts pour la rentrée prochaine. « Pour les plus modestes », prévient Hollande et à condition que « des marges » ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9244933 il y a 11 mois

    Premier meeting de campagne?? Cela fait des mois qu'il fait le tour des popotes y compris dans les DOM-TOM en distribuant des centaines de millions par ci et par là, ou au moins avec des promesses lourdes. Le tout à payer par les contribuables et à gérer par ceux qui prendront la succession de cette catastrophe historique, le plus mauvais depuis des lustres et c'est pas peu dire..

  • frk987 il y a 11 mois

    Quel âne, il croît quoi...qu'il sera réélu.....n'importe quoi il est dans le délire au sens psychiatrique du terme, déni de réalité, autisme....in fine : il a sa place l'asile......

  • M7097610 il y a 11 mois

    le président des fonctionnaires français. Les autres français ne comptent pas...si, ils paient des impôts pour entretenir les fonctionnaires comme le tiers état sous l'ancien régime entretenait la noblesse et le clergé.

  • miez1804 il y a 11 mois

    De ce pas il aura du mal a tenir sous controle les comptes de camapgne!!!

  • M898407 il y a 11 mois

    Ce président, le plus médiocre de la Vème république, ose encore faire un bilan de son action alors qu'il n'a réussi à mener aucune réforme sérieuse en dehors du mariage gay. Il prend vraiment les français pour des billes ! Quant à son entourage de fidèles (Le Foll, Belkassine, Touraine, Cosse et Placé) on voit qu'il ne s'agit que de viles suppos qui ne cherchent qu'à conserver leurs privilèges....

  • ANOSRA il y a 11 mois

    Ce meeting comptera pour ses comptes de campagne 2017 ???