Elseid Hysaj, merci Papa

le
0
Elseid Hysaj, merci Papa
Elseid Hysaj, merci Papa

Loin d'être un fils de, le latéral albanais Elseid Hysaj doit néanmoins beaucoup à son père, débarqué en Italie en canot pneumatique pour nourrir sa famille et qui lui a décroché l'opportunité de se faire remarquer.

Que faire lorsqu'on réalise que son enfant possède un certain talent ? Au-delà des dynasties évidentes de sportifs accomplis, préparés à la réussite et finalement peu nombreuses, la majorité a tendance à laisser couler, supportant plus ou moins franchement. Il existe aussi ces parents, souvent des pères, qui vivent leur vie par procuration, poussant leur progéniture à récolter les lauriers qu'ils auraient aimé porter ou à gagner l'argent qu'ils n'auront jamais. Coûte que coûte, même si cela implique des entraînements incessants dès le plus jeune âge, dès la moindre once de talent détecté. Le tennis regorge d'exemples de ces pères mégalos et possessifs, notamment féminins (Capriati, Pierce, Williams, Graf), mais aussi André Agassi.


Si le syndrome touche surtout les sports individuels, le football n'échappe à la donne ; des anciens grognards de divisions inférieures se persuadent d'avoir enfanté un nouveau Pelé, sous prétexte qu'il a réussi une passe aveugle par accident à trois ans. Et puis il existe une autre catégorie, plus rare et plus belle, de ces êtres prêts à tout pour le bonheur et la réussite de leur enfant, dans cet ordre-là. Si Elseid Hysaj, meilleur joueur albanais à l'Euro et grosse cote de Serie A, est aujourd'hui courtisé par Arsenal, le Bayern Munich, l'Atlético de Madrid ou Chelsea, c'est avant tout grâce à son père, Gzim, immigré albanais en Italie, qui a toujours cru en lui, dès ses premiers ballons. Quitte à braver la mort pour lui.

Une promesse est une promesse


À la suite de l'effondrement du bloc soviétique, la transition communisme-capitalisme se révèle particulièrement difficile en Albanie. Ils sont des dizaines de milliers à quitter le pays pour trouver de meilleures conditions de travail, vers les USA, la Grèce, l'Italie. C'est cette destination que choisit Gzim, deux mois à peine après la naissance d'Elseid. Histoire de lui offrir un avenir, il traverse la mer Adriatique grâce à un passeur crapuleux, entre canot pneumatique et bateau à moteur. Un trajet qu'il refera à plusieurs reprises, histoire de ramener de l'argent à sa famille : le petit Elsi, sa femme et ses parents. C'est lors…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant