Elles se marièrent et? déprimèrent

le
0
Un tiers des femmes subiraient le wedding blues , un syndrome connu mais encore tabou.

C'est l'invité surprise de l'après-noces. À la manière du baby ­blues, le wedding blues, une déprime succédant au mariage, toucherait un nombre non négligeable de jeunes femmes. Connu des psys et spécialistes du couple, le phénomène reste néanmoins difficile à quantifier. Les seuls chiffres disponibles, relevés non sans audace par un sondage de gleeden.com, le premier site de rencontres extraconjugales, font état de 34 % de jeunes femmes touchées. Seulement 7 % des hommes affirment avoir connu ce sentiment après leur mariage. Un sujet qui resterait encore tabou, puisque, selon les femmes qui l'ont expérimenté, 85 % avouent ne pas avoir osé en parler à leur entourage.

«J'avais le moral en miettes, comme la pièce montée au lendemain des noces», s'amuse aujourd'hui Marion, mariée en 2011. Survenue quelques jours après la cérémonie, la déprime a duré plusieurs mois. «Le tourbillon de l'organisation s'est arrêté d'un seul coup, je me suis retrouvée dés&

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant