«Elles ont une pensée accrochée au détail»

le
0
Le Dr Colette Combe est psychiatre, psychanalyste et intervenante à l'hôpital de Lyon au service de médecine psychosomatique.

» Les femmes plus inquiètes que les hommes

LE FIGARO. - Comment, en tant que psychanalyste, expliquez-vous la propension féminine à se faire du souci?

Dr Colette COMBE. - Dès que l'on reçoit des adolescentes de 13-14 ans en consultation, on constate une différence par rapport aux garçons: alors que ceux-ci ont une approche synthétique, globale des situations, les filles ont une pensée accrochée au souci du détail. Cela vient probablement de leur programmation pour enfanter, prendre en charge le quotidien...Elles ont d'ailleurs une grande faculté d'anticipation, et une grande acuité de perception pour évaluer les dangers des situations présentes et à venir. Sans doute parce que, depuis toujours, elles doivent préserver la vie alors que les hommes partent faire la guerre!Le problème, c'est qu'aujourd'hui, cette propension à penser dans le détail qui est leur marque est intensifiée à cause des pressions sociales à être une femme épanouie, accomplie prof

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant