Elle change tout en OR

le
0
Elle change tout en OR
Elle change tout en OR

« Pour moi, ces Jeux paralympiques, c'est mission accomplie. Maintenant, je vais surtout me faire plaisir. » Rayonnante, après sa victoire sur 400 m, arrachée dans la douleur, lundi dernier, Marie-Amélie Le Fur est aussi apparue soulagée. L'athlète française de 27 ans a bataillé dur pour être présente à Rio (Brésil). Victime d'une déchirure à la cuisse droite quelques mois avant les Jeux, elle n'a pas pu s'entraîner comme elle le voulait. « Je ne me suis pas préparée sur la longueur et pour les autres épreuves, j'ai peu de repères sur le chronomètre. D'un autre côté, ma blessure m'a permis de me reposer. J'en avais besoin ! » souffle-t-elle.

Amputée après Un accident de scooter

Depuis un moment déjà, la jeune femme se sentait fatiguée. Après deux médailles d'argent lors des Jeux paralympiques de Pékin, elle a remporté son premier titre paralympique à Londres, sur 100 m, avant de reprendre dans la foulée les entraînements. « Ce n'était pas une bonne idée car j'ai vite ressenti une certaine aigreur de l'athlétisme », admet-elle aujourd'hui.

Envisage-t-elle pour autant de mettre un terme à sa carrière ? « Après Rio, je vais arrêter quelque temps. Je ne serai pas aux Championnats du monde l'année prochaine », avait-elle confié juste après sa première médaille d'or, décrochée samedi au saut en longueur. Mais à la sortie du 400 m, Marie-Amélie Le Fur semblait moins catégorique : « On a une très belle équipe de France, avec beaucoup de jeunes athlètes. Je suis sûre qu'ils vont vite me manquer... »

On ne tire pas un trait aussi facilement sur des années de labeur et de plaisir. Elle n'a que six ans lorsqu'elle commence l'athlétisme en valide. Mais à quinze ans, elle se fait renverser à scooter et est amputée de la jambe gauche, sous le genou. Elle doit faire une croix sur son rêve de devenir sapeur-pompier professionnel, mais ne renonce pas à l'athlétisme. A peine quatre mois ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant