Elisabeth II bientôt contrainte de quitter le palais délabré de Buckingham?

le
3

INFOGRAPHIE - Alors qu’aucun travaux d’envergure n’ont été menés depuis 60 ans, la résidence royale londonienne est tellement vétuste qu’il faudra peut-être l’évacuer. Avant de mener un titanesque chantier de rénovation.

Alors que les propriétés immobilières de la reine d’Angleterre vont générer cette année des revenus records de 400 millions d’euros, la souveraine semble négliger l’une de ses résidences principales: Buckingham Palace. L’état de délabrement du bâtiment est désormais tel que la reine songe à évacuer sa résidence officielle londonienne de 775 pièces, le temps de mener à bien un chantier de rénovation qualifié de «monumental» par un ancien collaborateur.

Un chantier hors norme, estimé à 150 millions de livres (211 millions d’euros), et qui pousse à envisager de quitter les lieux durant les travaux. Il est vrai qu’il est grand temps de redonner un coup de neuf à cette vénérable bâtisse du XVIIIe siècle, achetée par le roi George III et devenu résidence londonienne officielle de la monarchie depuis 1837. C’est dans ce palais que la reine reçoit, quatre mois par an, ses hôtes dans les 52 chambres destinées à la famille royale et ses invités. Elle y préside des banquets et garden parties, ou remet des décorations, entourée d’une équipe logeant dans les 188 chambres destinées au personnel.

Plomberie, chauffage et électricité vétustes

Le cadre est cependant de moins en moins royal: depuis l’accession au trône d’Elizabeth II, en 1952, le chauffage central, l’électricité, la plomberie ou les chauffe-eau n’ont pas été remis à niveau. Précédemment, un rapport parlementaire dévoilé en janvier 2014 chiffrait à 73 millions d’euros le coût des travaux avant que ne soit finalement évoqué un devis trois fois plus élevé.

Un ancien secrétaire de presse de la reine, Dickie Arbiter, a estimé que si la reine devait quitter temporairement son palais londonien, ce serait vraisemblablement pour se replier sur le château de Windsor, sa résidence de week-end à une quarantaine de kilomètres de la capitale. Mais comme nombre d’autres demeures royales, Windsor est aussi en piteux état. Au pire, il lui reste toujours la possibilité de se replier vers Sandringham House dans le Norfolk, Holyrood Palace à Edinburgh voire le château de Balmoral, plus au nord de l’Ecosse.

Le rapport parlementaire de l’an dernier relevait qu’une partie de sa toiture de Buckingham Palace et le système de conduite d’eau avaient besoin de réparations urgentes. Il estimait plus généralement que près de 40 % des propriétés de la reine étaient en 2012 en-dessous du niveau requis d’entretien. L’une des pistes évoquées par les députés pour contribuer à financer la remise en l’état consiste à ouvrir davantage les demeures royales aux visiteurs payants. Le palais de Buckingham n’est ouvert que 78 jours par an et n’attire qu’un demi million de visiteurs. En comparaison, la Tour de Londres a plus de deux millions d’entrées.

Si les résidences royales semblent en bien piteux état, le Crown Estate, qui gère l’empire immobilier et foncier d’Elisabeth II, affiche des bénéfices record. Cette société commerciale indépendante qui gère l’empire immobilier et foncier de la souveraine, a publié mercredi les bénéfices plus élevés de son histoire pour l’exercice clos fin mars. Ils ont atteint 285 millions de livres (400 millions euros), en hausse de 7 %. La société transfère l’intégralité de ses bénéfices à l’Etat, qui reverse 15 % de cette somme à la reine deux ans plus tard. Le patrimoine immobilier et foncier d’Elisabeth II pèse désormais 11,5 milliards de livres (plus de 16 milliards d’euros), presque 17 % de plus que l’an dernier.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ravia le jeudi 25 juin 2015 à 22:56

    ce n'est pas un taudis quand même, il ne faut pas exagérer. Elle reçoit des hôtes du monde entier qui pour certains mangent et dorment au château dans des chambres (suites) plus que luxueuses. Une remise aux normes et hop ça repart. A lire l'article, on croirait que c'est une masure Bukingham, c'est pas sérieux.

  • alain..c le jeudi 25 juin 2015 à 18:57

    délabré n'est ce pas un mot un peu fort?

  • frk987 le jeudi 25 juin 2015 à 18:34

    Nos présidents sont plus modestes, l'Elysée la Lanterne et la rue du Cirque suffisent à nos monarques !!!!