Elisabeth Guigou : «Nous devons maintenir le dialogue avec les Russes»

le
0
Elisabeth Guigou : «Nous devons maintenir le dialogue avec les Russes»
Elisabeth Guigou : «Nous devons maintenir le dialogue avec les Russes»

Elisabeth Guigou, présidente de la commission des affaires étrangères, s'envole ce lundi pour Kiev. La députée PS de Seine-Saint-Denis rencontrera, avec Axel Poniatowski, son homologue de l'UMP, des membres du nouveau gouvernement ukrainien et des personnalités de la société civile. «Il s'agit d'une mission d'information, confie-t-elle. La situation est extrêmement préoccupante. Vladimir Poutine a franchi un pas supplémentaire dans l'escalade en demandant l'autorisation à la chambre haute d'intervenir en Ukraine. Il a maintenant les mains libres». Elle ajoute : «Nous lui demandons de ne pas aller plus loin. Les Occidentaux doivent lui faire savoir qu'ils remettront en cause les préparatifs du G8 en juin prochain à Sotchi et qu'il y aura des conséquences sur le plan économique». Alors que l'Union européenne s'active à Kiev, elle concède que «des maladresses ont été commises par les Européens, surtout après la Révolution Orange, en laissant entendre que l'Ukraine allait entrer dans l'Europe. Elle n'y a pas vocation, pas plus que dans l'Otan. Cela serait vécu par les Russes comme une provocation. Puis elle précise : «C'est l'intervention de l'Union européenne qui a arrêté les violences à Kiev».

Elle estime que la France a un rôle privilégié à jouer : «La France a toujours eu une relation particulière avec la Russie, car elle s'est longtemps montrée autonome vis à vis de l'Otan». Elisabeth Guigou balaye les critiques de l'opposition UMP, qui reproche à François Hollande de ne pas s'être déplacé à Moscou, comme l'avait fait en 2008 Nicolas Sarkozy lors de la crise géorgienne : «Ces gesticulations ne sont pas nécessaires. Le président Hollande est en contact téléphonique permanent avec Poutine». Elisabeth Guigou reste convaincue qu'il faut «maintenir le dialogue avec les Russes et se mettre autour d'une table, tout en restant extrêment fermes sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant