Elior prépare son retour en Bourse en juin prochain

le
0

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Elior procédera à une augmentation de capital à l'occasion de son projet d'introduction en Bourse qui se traduira en juin par la mise sur le marché de 30 à 35% de la société, qui réduira ainsi son endettement.

Lors d'une conférence de presse, la direction du groupe de restauration collective a déclaré que cette augmentation de capital devrait être de l'ordre de 700 millions d'euros.

"Nous avons un objectif sur le primaire (augmentation de capital, ndlr), ce qui correspond à un désendettement, aux alentours de 700 millions d'euros", a fait savoir Olivier Dubois, le directeur financier d'Elior.

"Après l'IPO, il y aura au minimum 30% à 35% du capital sur le marché", a-t-il ajouté, précisant que le groupe devrait faire son retour en Bourse vers la mi-juin.

Alors que la presse avait évoqué une valorisation potentielle d'Elior de près de quatre milliards d'euros, le groupe n'a pas voulu dire quel objectif de valorisation il s'était fixé pour son retour en Bourse après avoir quitté la cote il y a huit ans environ.

"Je ne pense pas qu'on puisse dire quoi que ce soit à ce stade", a dit Gilles Petit, le directeur général d'Elior.

Interrogé sur l'objectif de désendettement, le groupe de restauration collective a indiqué viser un ratio de dette nette/Ebitda (résultat avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements) de 3,25 à fin septembre 2014, contre 4,9 à fin septembre 2013.

Le directeur général du groupe, Gilles Petit, a de son côté souligné qu'Elior tablait sur une croissance organique de son chiffre d'affaires de 3,5% par an sur la période 2015-2017.

Le groupe, actuellement détenu à 62,4% par le fonds Charterhouse, a réalisé, pour son exercice clos au 30 septembre 2013 un chiffre d'affaires de cinq milliards d'euros.

"En fonction des opérations de croissance externe qu'on pourra faire, nous visons une croissance globale (du chiffre d'affaires) qui pourrait être aux alentours de 7% par an sur la même période 2015-2017", a ajouté Gilles Petit.

Après son introduction en Bourse, l'entreprise, qui est le numéro trois de la restauration collective en Europe après Sodexo et Compass, entend poursuivre son développement sur le même rythme d'acquisitions que par le passé.

Le groupe a réalisé 15 acquisitions entre 2006 et 2013.

(Edité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant