Elie Wiesel : "Les terroristes suicidaires, c'est ça, mon angoisse"

le , mis à jour le
0
Il y a six ans déjà, avant même l'apparition de Daech, Elie Wiesel craignait l'essor d'une nouvelle forme de catastrophe pour l'humanité : le terrorisme suicidaire. 
Il y a six ans déjà, avant même l'apparition de Daech, Elie Wiesel craignait l'essor d'une nouvelle forme de catastrophe pour l'humanité : le terrorisme suicidaire. 

C'est une mémoire de l'histoire qui s'en est allée ce samedi 2 juillet. Elie Wiesel s'est éteint chez lui à Manhattan à l'âge de 87 ans. Lui qui avait survécu aux camps de la mort, une tragédie personnelle et familiale racontée dans La Nuit, avait été honoré du prix Nobel de la paix en 1986. Il laisse derrière lui une oeuvre comprenant plus de 50 livres écrits en français et plusieurs autres publiés en anglais.

Elie Wiesel était « un grand témoin du siècle écoulé », a salué le président de la République François Hollande dans un communiqué. Lui qui est « né dans une famille juive roumaine en 1928 [...] fut déporté avec ses soeurs et ses parents à l'âge de 15 ans » et « a connu l'enfer des camps d'extermination, la mort omniprésente, la tyrannie de la faim, l'humanité dépouillée de tout ». « Elie Wiesel était une figure emblématique de la mémoire de la Shoah et de la souffrance des juifs. Toute sa vie, il fut un intellectuel engagé. » « Pour le Crif, il fut un résistant à l'oubli et un militant de la mémoire. C'est un phare pour l'humanité qui disparaît », a déclaré le Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France).

»Des terroristes suicidaires »

C'est dans l'intimité du salon d'un hôtel parisien que Franz-Olivier Giesbert l'avait rencontré en 2010, dans le cadre d'une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant