Elie Cohen (CNRS) : « Plus le temps passe et plus le risque de crise systémique s’accroît »

le
0
Le risque d’une crise systémique augmente si le plan Paulson n’est pas adopté au plus vite selon Elie Cohen, directeur de recherche au CNRS, professeur à Sciences Po Paris et membre du Conseil d’analyse économique (CAE).

Le rejet du plan Paulson par la chambre des Représentants vous a t-il surpris ?

Elie Cohen : Oui, ma surprise a été grande quand j’ai su dès lundi dans la matinée qu’il y avait des doutes sur le vote de ce plan. Le plan Paulson avait énormément de défauts. En reprenant les actifs toxiques des banques, le Trésor américain incitait les établissements financiers à charger leurs bilans d’actifs douteux pour se refinancer dans de bonnes conditions aux frais du contribuable. D’autre part, il ne réglait ni la question de la recapitalisation des banques ni celle du risque de défaut des ménages américains exposés à la crise immobilière. Il y avait donc une injustice particulière à faire un montage de ce type ! Malgré toutes ces critiques, tous les économistes soulignaient l’urgence de l’adopter rapidement pour éviter un risque systémique avéré.

Une crise systémique devient donc probable ?

E.C : Le rejet du plan a constitué un choc majeur et fait renaître les pires scénarios d’un effondrement des Bourses comme nous l’avons vu lundi mais aussi d’un gel total du marché interbancaire à l’origine de la chute de Dexia. Et la suite n'est guère réjouissante. L’étape suivante serait un effondrement de la pyramide des CDS (credit default swaps) qui mettrait en difficulté l’ensemble du système financier. Il est donc indispensable que le plan soit représenté et voté le plus rapidement possible. Plus le temps passe et plus il sera difficile d’éviter, même avec un plan amélioré, la crise systémique majeure.

Après le renflouement en urgence de Dexia et la nationalisation de Fortis, va t-il falloir un plan à grande échelle pour sauver notre système bancaire ? La réaction des gouvernements européens est-elle à la hauteur ?

E.C : Les responsables européens font appel aux Américains pour qu’ils adoptent le plan Paulson. C’est le signe de leur impuissance ! Nous dépendons tous de la gouvernance américaine pour sauver le système financier mondial. Quand des établissements européens sont en difficulté, chaque Etat impliqué intervient chacun de son côté dans des conditions qui mettent en cause à terme la survie même de ces groupes. Il n’y a pas de réelle volonté européenne cohérente. Les effets de l’édifice bancal de Maastricht sont de plus en plus visibles. D’un côté, nous avons une banque centrale européenne indépendante en charge de la politique monétaire mais de l’autre, on a laissé le pouvoir de supervision et de stabilité financière à vingt-sept autorités différentes. Nos dirigeants européens devraient se préparer à jeter les bases d’un vrai superviseur européen.

L’appel à l’unité nationale du gouvernement français et les déclarations de Nicolas Sarkozy assurant que les dépôts des ménages seraient garantis vous paraissent-ils appropriés ? Faut-il craindre pour le système bancaire français ?

E.C : Dès le discours de Toulon, j’ai fait part de ma perplexité après les propos de Nicolas Sarkozy. Personne ne considère que les banques de dépôts françaises sont en péril. Les expositions aux subprimes et les excès de levier ne sont pas les mêmes que pour les banques d’investissement. Même s’il faut prendre les dispositions nécessaires pour faire face à des risques de défauts, il n’y a pas aujourd’hui de risque sur les dépôts des épargnants.

La crise actuelle aura tout de même des répercussions importantes sur l’économie réelle. Peut-on craindre un effet domino ?

E.C : Cette crise financière est aussi une crise structurelle résultant des déséquilibres économiques majeurs (en terme d’échanges réels et financiers) qui se sont accumulés ces dernières années entre les Etats-Unis et la Chine. C’est également la fin d’un cycle de croissance. Avant même le début de la crise, on s’attendait à un atterrissage de l’économie. La conjonction de ces éléments fait que nous traversons une crise très sérieuse et qui sera durable.

Le système financier vit-il une mutation historique ? Va t-on instituer de nouvelles régulations au niveau mondial ?

E.C : Effectivement, nous allons assister à un redimensionnement de l’industrie financière qui s’était considérablement développé au cours des vingt dernières années. Si le rôle de l’Etat, en tant qu’ultime recours dans les situations de crise extrême, reste essentiel, je ne crois pas en revanche à un système de régulation au niveau mondial alors que nous sommes déjà incapables en Europe d’avoir notre propre système de régulation.

Propos recueillis par Julien Gautier


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant