Éleveurs-L'UE demande à la France d'assurer la libre circulation

le , mis à jour à 18:11
4

* Les actions des éleveurs se poursuivent * La Commission européenne en contact avec Paris * Réunion à Bercy sur les aides financières (Actualisé avec levée des barrages en Moselle) STRASBOURG, 28 juillet (Reuters) - La Commission européenne a demandé mardi à la France de garantir la libre circulation des marchandises entravée ces derniers jours par des actions d'éleveurs en colère, notamment à la frontière avec l'Allemagne. Des barrages ont encore été érigés dans la matinée en Moselle, quelques heures avant une réunion à Bercy entre ministres et banquiers sur les conditions de mise en oeuvre du volet financier du plan d'urgence annoncé la semaine dernière. ID:nL5N1022BE Les manifestants ont contrôlé les camions frigorifiques pour intercepter les produits étrangers et attirer l'attention des pouvoirs publics sur ce qui constitue selon eux des "distorsions de concurrence" entre la France et les autres pays européens. Gilles Becker, secrétaire général de la FDSEA Moselle, a expliqué avoir trouvé des produits, dont des bretzels et du lait, estampillés 'made in France' mais produits en Allemagne. "On est un peu surpris, on avait un accord avec la grande distribution pour privilégier les produits français", a-t-il dit. "La viande allemande n'est pas plus mauvaise que la viande française, le lait allemand n'est pas plus mauvais que le lait français mais la distorsion de concurrence est difficilement acceptable." A Bruxelles, un porte-parole de la Commission, Daniel Rosario, a déclaré à la presse que l'exécutif européen était en contact avec les autorités françaises. "On les a priées de nous tenir informés des entraves potentielles à la libre circulation des marchandises et de nous notifier les mesures prises pour résorber les entraves", a-t-il précisé. Les agriculteurs français protestent notamment contre les prix auxquels ils vendent leurs produits et des conditions de marché défavorables. Selon la préfecture de Moselle, l'autoroute A31 a été bloquée jusqu'en milieu d'après-midi dans les deux sens au niveau de la Croix de Hauconcourt, point de jonction avec l'autoroute A4, près de Metz, ainsi que le carrefour entre la Nationale 4 et l'A4, près de Phalsbourg. Des agriculteurs ont également déversé du fumier à Metz devant l'abattoir Charal et le grossiste Metro, ainsi que devant des établissements de restauration rapide. LE FOLL APPELLE LES ÉLEVEURS À LA RESPONSABILITÉ Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a appelé les manifestants à faire preuve de responsabilité. "J'ai déjà rappelé aux éleveurs, en particulier ceux qui bloquaient les frontières, que la France est dans l'Europe. Le pire, quand on pense régler un problème en disant 'on ne veut plus rien importer' c'est d'oublier que nous exportons aussi, que ce soit en Espagne, en Italie, en Allemagne", a-t-il dit. Pour que le plan du gouvernement, qui vise à revaloriser les prix payés aux producteurs, réussisse, "pas la peine d'aller bloquer les frontières" (...) aujourd'hui, on est dans une phase où on a besoin de cohérence. C'est ensemble qu'on y arrivera, donc il faut avoir ce sens de la responsabilité, a-t-il ajouté. Stéphane Le Foll s'exprimait à l'issue d'une réunion avec ses collègues de l'Economie et des Finances, Emmanuel Macron et Michel Sapin, le médiateur national du crédit et des représentants de Bpifrance et des principales banques du secteur agricole (Crédit agricole, BPCE et Crédit mutuel) sur la mise en oeuvre du plan d'urgence. Celui-ci prévoit pour 50 millions d'euros d'allègements de charge sociales et 500 millions d'euros de prêts bancaires avec des garanties de la banque publique d'investissement. Sont prévues également, en liaison avec des cellules de crise déployées au niveau départemental, des possibilités de rééchelonnement de dettes dont l'échéancier sera allongé voire même, pour les exploitations les plus en difficulté, le report des sommes dues au titre de l'annuité 2015 en toute fin de remboursements des crédits contractés. Bpifrance, qui mobilisera un produit déjà utilisé pour le financement des PME/TPE, a fait savoir qu'elle était opérationnelle "immédiatement". (Gilbert Reilhac, Emmanuel Jarry et Yann Le Guernigou, avec Mark John et Barbara Lewis à Bruxelles, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4484897 le mardi 28 juil 2015 à 17:39

    Le 30 mai 2005 on a dit non a la convention des bricolos bruxellois si empressés de parler de liberté, pas un n'a moufté quand Sark a passé outre, aujourd'hui le monde paysan et demain tout le monde a la frontiére çà évitera le cannabis , les kalach et les non invités

  • patr.fav le mardi 28 juil 2015 à 16:46

    les politiques sont à la bottes des financiers et n'ont rien à faire des sans dents !!!!

  • M4958114 le mardi 28 juil 2015 à 16:41

    les Français n'avaient il pas dit non a Maastricht a qui la faute !!

  • patr.fav le mardi 28 juil 2015 à 16:05

    la BPI ne sert pas à subventionner les agriculteurs ils doivent vivre de leur travail et en votant pour l'europe ils savaient que leurs morts étaient signés droite et gauche mettent la france dans un désastre économique et c'est pas fini !!!