Élevage : vers la fermeture de 10.000 fermes laitières en 2017

le , mis à jour à 13:03
12

La situation des éleveurs reste très critique en France. Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a annoncé vendredi un nouveau plan d'aide pour les producteurs laitiers et bovins. Selon une estimation de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), 10.000 éleveurs de vaches laitières sur 60.000 devraient mettre la clé sous la porte en 2017.

Selon les estimations, près de 60% des exploitants devraient déclarer des revenus inférieurs à 350 euros par mois (photo d'illustration). ( AFP / CHARLY TRIBALLEAU )
Selon les estimations, près de 60% des exploitants devraient déclarer des revenus inférieurs à 350 euros par mois (photo d'illustration). ( AFP / CHARLY TRIBALLEAU )

Selon la sécurité sociale des agriculteurs (MSA), plus de 30% des exploitants ont déclaré des revenus inférieurs à 350 euros par mois en 2015, et ce chiffre devrait passer à 60% en 2016. Les appels à l'aide se multiplient : la permanence de prévention du suicide - Agri'écoutes - a reçu 1.700 appels au premier semestre, soit une moyenne de 285 appels par mois contre une centaine par mois un an plus tôt.

Dans ce contexte très difficile et particulièrement tendu, Stéphane Le Foll a promis vendredi le versement rapide d'une série d'aides destinées à soulager producteurs laitiers et éleveurs bovins. Il a également annoncé la signature d'un accord avec le fonds d'assurance Vivéa et Pôle emploi pour "accompagner les chefs d'exploitation dans leur reconversion et transition professionnelles".

Une aide exceptionnelle supplémentaire de 1.000 euros sera ainsi versée en décembre à quelque 23.000 producteurs laitiers en difficulté. "L'enveloppe globale de l'aide s'élève à 23 millions d'euros", a déclaré le ministre à la presse. "On complètera en fonction de la situation en début d'année prochaine", a-t-il ajouté.

VERS UNE RESTRUCTURATION DE LA FILIÈRE

Selon la Fédération nationale des producteurs laitiers (FNPL), cette enveloppe "provient du plan de soutien annoncé par la Commission européenne en juillet". Elle s'accompagne d'un autre soutien financier aux éleveurs bovins, afin de soutenir le marché de la viande, qui lui aussi a plongé cette année.

Les éleveurs recevront 150 euros par jeune bovin mâle de race à viande ou mixte, de moins de 360 kilos, abattu et commercialisé en janvier ou février 2017. "Il s'agit d'une mesure de maîtrise de la production", a déclaré le ministre, souhaitant ainsi limiter la quantité de viande mise sur le marché et soutenir les cours. Aucune enveloppe globale n'a été annoncée pour ce deuxième volet. "On adaptera en fonction du nombre d'agriculteurs qui la sollicitent", a dit le ministre.

Ces mesures font suite à la crise de l'élevage qui a éclaté en 2015 alors que les cours du lait s'effondraient, et que les éleveurs n'arrivaient plus à couvrir leurs coûts de production par la vente de leur lait aux coopératives, déclenchant des frondes paysannes contre les géants du secteur Lactalis ou Sodiaal. Le ministre avait déjà annoncé un plan de soutien à l'élevage en juillet 2015 et a présenté le 4 octobre dernier un plan d'aide aux céréaliers touchés par une météo défavorable.

Dans un communiqué, la FNSEA (syndicat majoritaire) et le syndicat des Jeunes Agriculteurs (JA) ont salué l'annonce dans le même temps du versement d'une nouvelle tranche de la PAC d'un milliard d'euros. Mais ils ont surtout exhorté l'État à "surmonter 'les problèmes techniques et informatiques'" de l'administration française qui débouchent sur des retards de paiement inédits, et des difficultés de trésorerie en cascade chez les agriculteurs.

"On ne va pas refuser une aide de trésorerie", a réagi Thierry Roquefeuil, président de la FNPL, mais "moi, ce que je souhaite, c'est qu'on se concentre sur le prix du lait". "Ça touche tous les producteurs. Aujourd'hui, on sait que la Commission (européenne) risque d'annoncer la semaine prochaine une remise sur le marché de 25.000 tonnes de poudre, c'est trop tôt!" Les deux syndicats ont réaffirmé leur volonté de manifester mardi prochain, notamment devant le ministère de l'Agriculture.

Pour le numéro un mondial du fromage, Lactalis, "les volumes de lait ne disparaîtront pas. On va assister à une concentration des élevages. Pas à une chute de production".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SuRaCtA il y a 3 semaines

    Le changement c'est maintenant...

  • xk8r il y a 3 semaines

    quand on se promène sur les routes de campagne (nièvre, cher, allier) on ne croise que des fendt à 200 ou 300 000€ et comme le dit très justement jmlhomme la moindre ferme à vendre est à 1 M€.

  • jmlhomme il y a 3 semaines

    Curieux quand vous cherchez une ferme .....sur le site de la SAFER ...le choix est trés faible.... Les fermes tournent entre 500 k€ et vont jusqu'à 3000 k€... pensez vous que beaucoup puissent prétendre posseder de tels patrimoines? Et pourquoi n'ouvrent ils pas leurs patrimoines comme tant de chef d'entreprise sont obligés de faire.... Ce n'est pas l'argent qui manquent en France. Ce n'est pas le courage qui manque chez les paysans....Mais ce n'est pas à l'ETAT de distribuer notre argent

  • f.fluidi il y a 3 semaines

    HT Français, refuser d'HT à l'étranger tout ce que l'on produire en France et pis c tout. Soutenir l'agriculture ou d'autres secteurs en déperdition nous évitera de payer des subventions pour les soutenir et ad fine tout le monde y gagnera.

  • bpasseri il y a 3 semaines

    "normal", le lait français et hyper bourré de désherbant et pesticide

  • ANOSRA il y a 3 semaines

    Le Foll plus occupé à défendre son patron qu'à défendre l'agriculture attend que les 10 000 fermes laitières soient disparues pour n'aider que les survivantes ! Lui aura sa belle retraite de ministre !!!

  • Spartaku il y a 3 semaines

    pas étonnant lorsqu'on produit de la m..... Les français ne sont plus dupes et veulent manger sans prendre le risque d'être cancérisés ... Moi j'achete chez l'éleveur du coin BIO , peu , beaucoup moins qu'avant , plus cher mais pas tant que ça .... et lui et moi sommes hyper content et en bonne santé , financière pour lui ... pas de suicide en vue croyez moi ...

  • s.thual il y a 3 semaines

    J y connais rien mais selon certains reportages certains s,en sortent bien entre le lait le fromage la viande même race à lait,et le cuir,,,et la rien y fait ?mais certains n.ont pas les matériels étrangers tracteur silos cuves etc,,,que l,on produisait bien en France, ,

  • M2061328 il y a 3 semaines

    ce n'est pas en leur donnant des aides pour fermer boutique que la France va avancer

  • dupon666 il y a 3 semaines

    l'ordoliberalisme est destructeur....les eleveurs de porcs devraient pourtant etre un exemple edifiant