Élevage porcin : "Si ça continue comme ça, je préfère arrêter"

le
9
Les porcelets en post-sevrage, qui seront engraissés dans l'élevage de Michel pour devenir des charcutiers.
Les porcelets en post-sevrage, qui seront engraissés dans l'élevage de Michel pour devenir des charcutiers.

 

 

À 45 ans, Michel de Saint Jan n'a plus que deux ans avant d'avoir fini de rembourser le plus gros de son crédit qui lui a permis d'acheter, il y a 12 ans, son élevage de porcs dans une petite commune des Côtes-d'Armor. Deux ans à tenir avant de pouvoir plus facilement investir pour moderniser sa petite exploitation. Mais, pour cet homme marié, père de deux enfants, l'heure n'est pas aux plans sur la comète. Plutôt aux doutes. "Si ça continue comme ça, je préfère arrêter", reconnaît-il, fataliste.

La crise porcine est passée par là : en dessous de 1,40 euro le kilo, le prix proposé ces derniers mois pour l'achat de ses cochons "charcutiers" qu'il engraisse lui-même a mis à mal la trésorerie de sa société. "Depuis le début de l'année, j'ai perdu énormément d'argent. J'ai dû emprunter 33 000 euros à deux et cinq ans. C'est exceptionnel : d'habitude, j'ai de bons résultats. Les banques m'ont toujours fait confiance", explique l'éleveur qui nous reçoit chez lui, dans son petit lotissement, autour d'un café.

Quitter la Cooperl, pour aller où ?

Michel ne vend pas ses porcs sur le fameux Marché du porc breton de Plérin boycotté depuis quelques semaines par ses deux acheteurs majeurs, la coopérative Cooperl et Bigard, pour protester contre des prix d'achat trop élevés. Adhérent à la Cooperl comme 2 700 éleveurs, il lui vend ses porcs "charcutiers" directement, au prix fixé par le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • akelacca le lundi 31 aout 2015 à 10:45

    Le problème de l'élevage Français ( en général) c'est la taille des exploitations. Les charges fixes sont trop importante pour la plus part des exploitations pour être rentable. Cela est due au fait que nos agriculteur sont plus des passionnés et des amoureux de la terre que des chef d'entreprise rationnels.

  • sidelcr le lundi 31 aout 2015 à 10:43

    Vous êtes bien naïfs , lorsqu'ils gagnaient des fortunes , ils ne disaient pas qu'ils gagnaient trop . A ces périodes là certains ont fait construire des lotissements entiers .Essayez donc d'acheter une exploitation , vous comprendrez vite qu'il n'y a pas de quoi pleurer .

  • mim69005 le lundi 31 aout 2015 à 10:35

    Que ne l'a-t-il déjà fait ??? Il faut diminuer le nombre de producteurs de porcs, comme d'autres produits agricoles d'ailleurs. La surpoduction et le défaut de compétitivité devrait avoir comme résultante immédiate la disparition des plus faibles. C'est une loi naturelle universelle qui a été contrariée par les subventions qui ont transformé les exploitants agricoles en "salariés fonctionnaires" ...

  • M7350763 le lundi 31 aout 2015 à 10:30

    je ne comprends pas...la crise du porc n es pas récente...mon cousin avait déjà perdu sa chemise avec un élevage porcin en alsace il y a 20 ans de ça et rien n a changé et des agriculteurs investissent toujours dan sle porc ?!

  • jbellet le lundi 31 aout 2015 à 10:30

    la solution n'est pas l'augmentation des prix car rien ne justifie que l'on paie plus cher le porc français que les porcs importés d'allemagne ou d'autres pays les porcs français sont élevés dans les mêmes conditions que nos les autres éleveurs européens!il faut baisser les charges des agriculteurs, charges salariales, normes françaises plus contraignantes que dans d'autres pays

  • calippe3 le lundi 31 aout 2015 à 10:29

    Voilà une entreprise à créer une chaine de restaurant spécial porc puisque tout est bon dans le porc c'est vrai que la charcuterie c'est quand même bon et les amateurs de pieds de porc mais du porc de qualité nourrie sainement ......

  • glaty le lundi 31 aout 2015 à 10:29

    Enfin quelqu'un qui se rend compte qu'il travaille pour nourrir son banquier...Les pov agriculteurs se font avoir de génération en génération,! et celle ci semble plus intelligente que les précédentes et ne veut plus jouer ...

  • dotcom1 le lundi 31 aout 2015 à 10:26

    Il fait le bon choix, s'il y avait moins de producteurs, ils pouraient faire des économies de charges et dégager de l'argent pour investisr dans la réduction des frais fixes et la valorisation des déchets (biogaz...). Mais il en faudrait bcp plus comme lui.

  • mucius le lundi 31 aout 2015 à 10:24

    Si ça continue comme ça, je préfère arrêter. Bien sûr qu'il faut arrêter de faire du travail non rentable et donc inutile pour la société. Bien sûr qu'il faut arrêter d'attendre que les plus productifs de la société financent des éleveurs aux méthodes moyenâgeuses! Racketter les + productifs pour donner à manger aux improductifs n'est sûrement pas la solution pour rembourser ses dettes!