Electroménager : l'UFC veut revoir l'étiquetage énergétique

le , mis à jour à 07:58
4
Electroménager : l'UFC veut revoir l'étiquetage énergétique
Electroménager : l'UFC veut revoir l'étiquetage énergétique

Et si l'information était devenue trompeuse ? Lorsque vous allez dans un magasin d'électroménager, vous pouvez, depuis vingt ans déjà, choisir votre frigo, téléviseur ou lave-vaisselle en fonction de sa consommation grâce à « l'étiquette énergie » collée sur le produit. Allant du A +++ vert — le plus économique — au D rouge — le plus énergivore —, ce code résume simplement l'efficacité énergétique de chaque produit. Beaucoup de Français, sensibles aux économies et à l'écologie, optent ainsi pour des produits de niveau A, sûrs d'acheter un produit vertueux. Eh bien, ce n'est plus vrai, explique l'UFC-Que choisir qui veut réformer un étiquetage dont le dernier toilettage remonte à 2010. L'objectif de sa nouvelle bataille est « que le consommateur sache précisément ce que va lui coûter son nouvel appareil, en prenant en compte la consommation d'énergie et la durée de vie », explique Alain Bazot, président de l'association de consommateurs. Une révolution.

 

Depuis 2010, les appareils ménagers sont devenus nettement plus sobres. Au point qu'en 2015 il n'y avait plus que 2 % des appareils labellisés A. Parmi les autres, 52 % sont A +++, 26 % A ++ et 15 % A +. Avec ce bémol, relevé par Joël Dufour, vice-président de l'UFC : « C'est du déclaratif, et il n'y a aucun contrôle officiel. On estime que 20 % de l'étiquetage est surévalué. » Voilà qui rappelle l'affaire Volkswagen...

 

Un encouragement à la solidité

 

Et comme nous possédons toujours plus d'électroménager, « en vingt ans, la consommation d'électricité liée aux équipements de la maison a doublé, pour atteindre en moyenne 390 EUR/an », explique Alain Bazot. Cette profusion d'appareils a aussi l'inconvénient de multiplier les risques de panne. Or, « le coût des réparations a explosé, : + 116 % en quinze ans pour une inflation de 27 % », constate Joël Dufour.

 

L'UFC veut donc revenir sur l'étiquetage d'avant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 3 mois

    Et puis soyons sérieux, avec les aspirateurs "aux normes", un balai est plus efficace, comme un lave linge...vous faites double lavage et double rinçage, le gain...moi y en a pas le voir.

  • frk987 il y a 3 mois

    Ce qui coûte cher c'est l'abonnement électrique, la consommation c'est à la marge pour des appareils d'électro-ménagers, même 50% de consommation de plus que celle annoncée...vous fera quelques euros sur 10 ans.

  • 14rc259 il y a 3 mois

    Comme les machines à laver le linge qui à force de consommer de moins en moins d'eau ne sont plus capable de rincer le linge, vous être obligé pour certains textiles à faire un double rinçage. Economie réelle d'eau = néant, ce n'est pas moi qui le dit mais les enquêtes des magasines et aussi ma propre observation pour les serviettes de toilette et gants.

  • bearnhar il y a 3 mois

    L'urgence serait sourtout de mettre définitivement hors d'état de nuire tous les mar-goulins qui se sont engouffrés dans le créneau de la rénovation énergétque, genre qui vont refouguer leur quincaillerie 10 fois le prix qu'elle vaut à des gens crédules, ou qui promettent des énonomies que l'on n'obtient jamais, on attend toujours une justice impitoyable avec ces gens qui s'amusent à remonter des sociétés.