Electrolux invité à négocier une autre solution à Revin

le
0

PARIS (Reuters) - Le ministère du Redressement productif a demandé à Electrolux de considérer en priorité des solutions internes pour maintenir en activité son site de Revin (Ardennes) avant d'envisager une cession de celui-ci.

Dans un communiqué publié au lendemain d'une rencontre au ministère avec des représentants des salariés et des élus locaux, il a déclaré souhaiter que le groupe suédois d'électroménager, "implanté de longue date en France et pleinement conscient de ses responsabilités économiques et sociales, s'implique sans réserve dans cette démarche."

Electrolux avait annoncé le 22 octobre l'arrêt de la production de machines à laver sur son usine de Revin, qui emploie 419 personnes, en promettant de rechercher des "solutions extérieures" pour réindustrialiser le site.

Reçue par des membres des cabinets d'Arnaud Montebourg, du ministre des Affaires sociales Michel Sapin, la délégation de salariés et d'élus a réclamé que les pourparlers entamés depuis huit mois sur un projet visant à diversifier la production du site de Revin puissent se poursuivre.

"Le gouvernement a relayé auprès du groupe Electrolux la demande d'un approfondissement des pistes de solutions industrielles internes comme préalable indispensable à l'examen de toute autre hypothèse industrielle externe", lit-on dans le communiqué.

Il ajoute qu'un groupe de travail, piloté par le groupe suédois, pourrait rendre ses conclusions à la fin du mois de janvier.

Yann Le Guernigou, édité par Danielle Rouquié

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant