Electrolux chute en Bourse après ses résultats

le
0
ELECTROLUX ANTICIPE UNE HAUSSE DE LA DEMANDE EN EUROPE
ELECTROLUX ANTICIPE UNE HAUSSE DE LA DEMANDE EN EUROPE

STOCKHOLM (Reuters) - Electrolux a fait état d'une baisse plus marquée que prévu de ses résultats du quatrième trimestre 2013, une annonce qui fait plonger l'action du numéro deux mondial de l'électroménager, même s'il semble se montrer plus optimiste qu'auparavant concernant ses perspectives en Europe.

Vers 12h15 GMT, le titre du groupe suédois cédait 8,06% à 140,40 couronnes, accusant la plus forte baisse de l'indice Euro Stoxx 600.

Electrolux a dit avoir dégagé sur les trois derniers mois de 2013 un bénéfice opérationnel de 1,22 milliard de couronnes (138 milliards d'euros) contre 1,59 milliard il y a un an et une prévision médiane des analystes interrogés par Reuters de 1,33 milliard.

Keith McLoughlin, directeur général d'Electrolux, a estimé que le marché européen de l'électroménager devrait croître de zéro à 2% en 2014.

Le groupe suédois, beaucoup plus exposé que Whirpool, le numéro un mondial, à l'Europe, avait annoncé fin octobre 2.000 suppressions de postes afin de s'adapter à la baisse de la demande sur son marché principal.

Le 13 novembre, Electrolux avait encore dit que la faiblesse du marché européen continuerait à peser sur ses ventes en 2014, mais que la croissance observée ailleurs dans le monde permettrait dans l'ensemble une légère hausse de la croissance de ses ventes.

S'exprimant devant la presse, Keith McLoughlin a ajouté que, au vu des conditions actuelles en Europe, où une timide reprise économique se dessine, il ne pouvait garantir une hausse du prix des produits dans la région.

IMPACT DE LA VAGUE DE FROID AUX ETATS-UNIS

Outre sa marque éponyme, Electrolux détient également les marques Frigidaire, AEG et Zanussi.

Le groupe a réaffirmé sa prévision d'une hausse de 4% de la demande en Amérique du Nord en 2014, tout en disant que le marché de l'électroménager aux Etats-Unis serait plombé par la vague de froid qui s'est abattue sur certaines parties du pays en janvier.

Keith McLouglin s'est dit préoccupé par le ralentissement du marché brésilien, le principal en Amérique latine, ajoutant toutefois ne pas voir de bouleversements fondamentaux de la tendance sur le long terme.

Il a ajouté qu'Electrolux avait augmenté ses prix dans le pays, comme d'ailleurs en Amérique du Nord.

S'agissant de la situation en Italie - où Electrolux veut réduire les salaires et les avantages de ses 5.700 travailleurs - Keith McLaughlin s'est contenté de dire qu'il ne voulait pas préjuger du résultats des pourparlers, ajoutant que la revue des opérations du groupe dans le pays serait achevée en avril.

Le président du Conseil Enrico Letta a promis jeudi de faire tout son possible pour convaincre Electrolux de rester en Italie.

Avec la chute de ce vendredi, l'action Electrolux accuse une baisse de près de 17% depuis le début de l'année, après avoir déjà reculé de plus de 1% en 2013.

Niklas Pollard et Johannes Hellstrom, Benoît Van Overstraeten pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant