Électricité : quand le modèle français résiste mieux que l'allemand

le
8
La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (illustration).
La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (illustration).

Le Point : Les géants allemands de l'énergie, E.ON et RWE, affichent des pertes historiques. Leur modèle économique vacille à cause de la sortie du nucléaire à marche forcée, de la montée en puissance des énergies renouvelables et de la baisse de la demande. EDF, leur équivalent français, est-elle aussi menacée ?

Colette Lewiner : D'abord, il faut comparer les situations en Allemagne et en France. Ce qui est similaire, c'est la transition énergétique engagée par les deux pays. Elle se traduit par plus d'énergies renouvelables et moins de nucléaire. Dans les deux pays aussi, la consommation d'électricité est stagnante et les prix du marché de gros de l'électricité sont bas. Par ailleurs, l'environnement général est le même : il se caractérise par une baisse du prix du pétrole, qui a des répercussions à la baisse sur le prix du gaz et donc de l'électricité. Enfin, l'attitude des consommateurs est similaire dans les deux pays : les clients des "utilities" (services aux collectivités comme eau, électricité, etc., NDLR) cherchent à produire de l'électricité eux-mêmes, à maîtriser mieux leur consommation...

Et les différences ?

La part de l'énergie renouvelable est très différente : elle atteint 27 % outre-Rhin, contre 18 % chez nous. Il faut aussi souligner que RWE et E.ON vendent leur électricité pour l'essentiel auprès des régies municipales, les "stadtwerkes", au prix de gros, qui est très bas. En...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le lundi 16 mar 2015 à 10:05

    je vais militer dans la commune pour la création d'une régie municipale de distribution... On fera de substantielles économies !

  • jean.coq le vendredi 13 mar 2015 à 18:47

    neutro - et EDF jouie d'un monopole. Le jour ou il sera battu en brèche nous aurons d'autres résultats.

  • neutro le vendredi 13 mar 2015 à 18:03

    EON et RWE ont de grosses charges suite à l'abandon du nucléaire, EDF pas...Les coûts de production allemands sont plus élevés (-nucléaire,+charbon et +renouvelables), le coût du kWh est le double du français. Le financement du coût futur du nucléaire est bloqué par le gouvernement par électoralisme et le coût de production français ne peut pas baisser car la CGT veille.... Agitez le tout et servez froid!

  • bsdm le vendredi 13 mar 2015 à 17:36

    En france sur vos factures vous payez une taxe : la TCA pour la retraite suplementaire des agents de l'EDF ,un comble !!!

  • jean.coq le vendredi 13 mar 2015 à 17:22

    M7097... il y a en outre en Allemagne une très grosse concurrence dans la distribution du courant. Dans une ville comme Frankfurt par exemple il n'y a pas moins d'une centaine d'offres de vente.

  • jean.coq le vendredi 13 mar 2015 à 17:05

    Il y a une petite différence: E.ON et RWE, sous la pression des écolos, sont obligés de sortir du nucléaire et doivent passer de très lourdes provisions pour le recyclage des déchets nucléaires.

  • M7097610 le vendredi 13 mar 2015 à 16:43

    en gros, EDF fait son beurre sur la distribution de l’électricité, pas sur la production... Le consommateur est pigeon !

  • umrk le vendredi 13 mar 2015 à 16:41

    Mais puisqu'on vous dit qu'en Allemagne tout est mieux !