Electricité: mesures "exceptionnelles" contre une pénurie cet hiver

le , mis à jour à 10:48
70
La sécurité électrique sera "plus délicate" à assurer cet hiver que les précédents à cause de l'arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires, selon RTE ( AFP/Archives / CHARLY TRIBALLEAU )
La sécurité électrique sera "plus délicate" à assurer cet hiver que les précédents à cause de l'arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires, selon RTE ( AFP/Archives / CHARLY TRIBALLEAU )

La sécurité électrique en France sera "plus délicate" à assurer cet hiver que les précédents, à cause de l'arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires, et en cas de vagues de froid importantes, des "mesures exceptionnelles" pourraient être nécessaires, a prévenu mardi RTE.

Le gestionnaire du réseau de transport d'électricité indique qu'il pourrait notamment, le matin et le soir, interrompre l'approvisionnement de 21 sites industriels très consommateurs de courant ou encore réduire la tension sur le réseau "sans interrompre l'alimentation (en courant) des Français".

"En ultime solution", RTE envisage aussi des "délestages programmés, momentanés et tournants" qui permettraient "de maintenir l'électricité du plus grand nombre de clients possibles", détaille l'entreprise dans un communiqué.

"Nous avons placé cet hiver sous le signe d'une forte vigilance", a déclaré François Brottes, président du directoire de RTE, lors d'une conférence de presse.

La sécurité d'approvisionnement électrique est particulièrement sensible, en France, l'hiver, du fait de la place importante de l'électricité dans le chauffage des Français.

Hors vagues de froid importantes et durables, RTE assure que "le développement des énergies renouvelables, des capacités d'importation, de l'effacement et des économies d'énergie, va toutefois permettre de compenser en partie la baisse globale de production de sites nucléaires".

Mais "avec l'équivalent de neuf réacteurs nucléaires indisponibles en moyenne sur l'hiver, c'est le niveau de disponibilité le plus faible depuis 10 ans", explique RTE.

Près de vingt réacteurs nucléaires sur les 58 d'EDF sont actuellement à l'arrêt dont douze pour des contrôles de sûreté demandés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Au total, l'Hexagone comptera 11.300 mégawatts en moins de capacités de production (nucléaire, renouvelables, gaz, charbon, etc.), dont 10.000 MW du fait du recul de la disponibilité du parc nucléaire.

Eoliennes à Sainte-Lizaigne  le 20 mai 2016
Eoliennes à Sainte-Lizaigne (centre) le 20 mai 2016 ( AFP/Archives / GUILLAUME SOUVANT )

L'éolien et le solaire photovoltaïque apporteront 1.900 MW supplémentaires potentiels par rapport à l'an dernier pour un parc total de 18.000 MW.

Les capacités maximales d'importation sont de 12.200 MW, en hausse de 30%, tandis que les capacités d'effacement s'élèvent à 3.000 MW, comme l'an dernier.

En cas d'hiver particulièrement froid, c'est-à-dire avec des températures inférieures de 3 degrés par rapport aux normales saisonnières, RTE entend donc mettre en place des mesures pour "préserver l'alimentation électrique des Français" le matin entre 8 heures et 13 heures, et le soir entre 18 heures et 20 heures les jours ouvrés.

Les mesures exceptionnelles prévues seraient alors "graduellement" mises en place.

Dans un premier temps, le gestionnaire du réseau de transport prévoit un "dispositif d'interruptibilité, interrompant la consommation de 21 sites électro-intensifs volontaires". Cela permettrait de réduire "ponctuellement" les besoins de 1.500 MW.

Si nécessaire, RTE pourrait ensuite abaisser la tension de 5% sur le réseau, ce qui réduirait la consommation de l'Hexagone de l'équivalent du Grand Paris, avant d'envisager des délestages, "en cas de déséquilibres extrêmes entre la consommation et la production".

Le gestionnaire du réseau lancera également le 5 décembre un nouveau dispositif "d'alerte citoyen", via l'application téléphonique Eco2mix, qui préviendra les consommateurs en cas de tension sur le réseau pour les inciter à réduire ou reporter leur consommation.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ECP1988 il y a 4 semaines

    Si c'était vrai , tu ne le crierais pas sur les toits.

  • bpasseri il y a 4 semaines

    moi je m'en fiche je paie rien ma femme travaille chez EDF, on chauffe à 24 et on va pas changer

  • ECP1988 il y a 4 semaines

    D'où l'intérêt d'utiliser un rustique poêle à bûches qui fonctionne absolument sans électricité en utilisant du combustible stocké à la belle saison (cela suppose un peu d'espace pour le stocker ce qui est coûteux dans les métropoles ).

  • dotcom1 il y a 4 semaines

    "Pas de risque de pénurie cet hiver", assure Ségolène Royale. Faites des provisions!

  • frk987 il y a 4 semaines

    Du temps où l'on avait de l'industrie, les postes de nuit dans des usines fortement consommatrices de courant était économiquement une bonne affaire..mais ça coûte si cher en personnel que rien ne vaut la production en Inde.

  • frk987 il y a 4 semaines

    Et je disais aussi que des barrages dits intelligents c'est rare.....et que la moralité de tout cela c'est que l'électricité non consommée est perdue dans 99% des cas. Alors que les rues soient illuminées à 3h du mat, je continue à prétendre qu'à part l'usure des ampoules, c'est globalement au niveau énergétique gratos.

  • frk987 il y a 4 semaines

    si mon message n'avait pas été censuré : vous auriez pu lire que je citais GrandMaison comme un des seuls barrages "intelligents", qui remontait l'eau en période creuse pour débiter un max en période pleine. Ce qui globalement était un barrage qui consommait plus que ce qu'il rapportait. Pourquoi la censure ???? pas compris.

  • M7097610 il y a 4 semaines

    le risque de pénurie annoncée, c'est un bon coup spéculatif pour faire remonter les marchés de gros en europe. Trop facile !

  • kram123 il y a 4 semaines

    Y'a pénurie qd ton prix de vente est moins intéressant en France qu'à l'étranger ....subir le risque nucléaire cest déjà énorme alors si en plus on vend l'électricité ailleurs

  • 445566ZM il y a 4 semaines

    Avez-vous consulté la cgt ? En mai cette organisation a essayé de mettre à genoux notre réseau d'électricité. Pour cela les cegetistes en grève, donc hors de tout contrôle, manipulaient les réacteurs nucléaires. Et l'ASN trouvait tout cela "normal". Qui a dit "dangereux" ?