Electricité : le Médiateur épingle les pratiques d'Enedis

le
0
Electricité : le Médiateur épingle les pratiques d'Enedis
Electricité : le Médiateur épingle les pratiques d'Enedis

Ce matin, le Médiateur national de l’énergie publie son nouveau rapport annuel d’activité. Depuis 2007, il accompagne les ménages dans les litiges qui peuvent les opposer à leur fournisseur ou leur distributeur de gaz ou d’électricité. Dans ce rapport, Enedis, ex- ERDF, chargé de la distribution de l’électricité auprès des 35 millions de ménages français, est particulièrement pointé du doigt. Il est reproché à la filiale à 100 % d’EDF des mauvaises pratiques auprès de ses clients.

 

Enedis, le mauvais élève de l’année. La filiale d’EDF s’illustre tristement par des rapports de plus en plus compliqués avec les consommateurs. En cause, toute une série de mauvaises pratiques qu’ont listées les services du Médiateur : des « délais et devis de raccordement parfois très élevés, et surtout incompréhensibles », un « refus dans une grande majorité des cas de la prise en charge des travaux pour rénover les colonnes montantes des propriétés », des « travaux réseaux facturés à tort à des consommateurs », ou encore des « surtensions sur le réseau susceptibles dans certains cas d’endommager les appareils électriques des particuliers ».

 

« Le service public a malheureusement parfois du mal à reconnaître ses erreurs, estime encore Jean Gaubert, le Médiateur national de l’énergie. Enedis a pris la mauvaise habitude de faire payer des prestations supposées gratuites, ou d’en surtaxer d’autres. C’est inadmissible car le consommateur est pris en otage et n’a d’autre solution que de payer s’il veut recevoir le courant. » Contactée, la direction d’Enedis n’a pas donné suite à nos questions.

 

Une précarité énergétique toujours aussi importante. C’est l’autre gros dossier du rapport du Médiateur de l’énergie. Avec plus de 4 millions de foyers français (soit 8 millions de Français), qui connaissent toutes les peines du monde pour régler leurs factures ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant