Electricité : forte hausse des importations françaises en octobre

le
5
Des lignes à haute tension (illustration). ( AFP/Archives / FRED DUFOUR )
Des lignes à haute tension (illustration). ( AFP/Archives / FRED DUFOUR )

La France, traditionnellement fortement exportatrice d'électricité grâce à son parc nucléaire, a importé beaucoup plus de courant à ses voisins européens en octobre du fait de l'arrêt de plusieurs réacteurs, selon un bilan mensuel publié lundi par RTE.

Les importations ont augmenté de 40% en octobre et même si le solde des échanges est resté exportateur net à 522 gigawattheures, il est à son plus bas niveau depuis le pic de froid de février 2012, a indiqué le gestionnaire du réseau de transport dans son aperçu mensuel sur l'énergie électrique. La France est même devenue importatrice vis-à-vis de la Grande-Bretagne, une première depuis février 2012, note encore RTE.

Augmentation des prix du marché

Conséquence : alors que la consommation de courant a progressé par rapport à septembre, le marché européen de l'électricité s'est tendu, avec des prix de marché qui "remontent partout en Europe, de façon plus soutenue en Belgique, en France et en Grande Bretagne".

Des pics supérieurs à 100 euros le mégawattheure ont été observés "pendant respectivement 34, 11 et 44 heures" dans ces trois pays. Le prix de marché a même crevé le plafond à 299 euros le mégawattheure en Belgique le 25 octobre, où plusieurs réacteurs nucléaires sont en maintenance.

En France, un recours plus important aux centrales thermiques

En France, la baisse de la production nucléaire (-16% sur un an) a été compensée par un recours plus important aux centrales thermiques (gaz et charbon). Avec 5.061 gigawattheures produits en octobre, cette filière a atteint "son plus haut niveau depuis février 2015" et est en hausse de 37% par rapport à octobre 2015.

L'éolien et le solaire ont également contribué à la production électrique, avec une progression respectivement de 7% et de 15% sur un an. En France, la consommation brute de courant a baissé de 1,9% sur un an, mais est restée stable une fois corrigée des aléas climatiques.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jflobert il y a 4 jours

    Le type de l'article de pauvre qualité.La France étant exportatrice ("le solde des échanges est resté exportateur net à 522 gigawattheures"), je conçois qu'on puisse parler d'une baisse des exportations... si c'est bien le cas !Mais l'augmentation des importations, alors qu'il y a des échanges d'électricité (suivant la région, la France exporte et importe de l'électricité) n'a en soi aucune valeur de preuve, il se pourrait en effet qu'exportations et importations augmentent toutes les 2!

  • bearnhar il y a 4 jours

    Justement tiens, pas plus tard que la semaine dernière j'entend à la radio un écolo affirmer qu'on peut aisément descendre à 50% de part de nucléaire, puisque l'ASN a fait fermer je ne sais combien de réacteurs et que l'on ne le sent pas. Ce sbire oublie juste de préciser que nous importons massivement. Et " ça " se présente à la présidentielle, MDR...Ecolos, Cocos, et autres, il va falloir renvoyer tous ces spécialistes de la désinformation à leurs études

  • gvigner3 il y a 4 jours

    Cela promet un blackout si les t° cet hiver sont basses. Il ne faut pas compter sur la Belgique qui est aussi en grosse difficulté avec aussi des interconnexions entre pays ne sont pas extensible.

  • vmcfb il y a 4 jours

    Elles sont où les énergies alternatives? Il fait mauvais? Y-a pas de vent?

  • nayara10 il y a 4 jours

    Nos écolos ont su mettre à profit le charbon Allemand ...