Electricité : en Bretagne, l'éolien a le vent en poupe

le
0
Electricité : en Bretagne, l'éolien a le vent en poupe
Electricité : en Bretagne, l'éolien a le vent en poupe

«Nous sommes en plein dans nos objectifs et dans les préconisations du pacte électrique breton. C'est une grande satisfaction. » Didier Bény, délégué RTE (Réseau transport d'électricité) Ouest, affichait jeudi un large sourire pour le bilan 2013 et les perspectives en Bretagne.

Dans une région qui gagne 25 000 habitants par an et où l'habitat est fortement équipé en électrique, le défi n'est pas mince. « La consommation a augmenté de 2,8 % contre 1 % au niveau national. Mais grâce à l'expansion des énergies renouvelables, la Bretagne est passée à 12 % de production d'électricité locale contre 9 % en 2010. » L'éolien, avec une puissance installée de 784 mégawatts, représente 55 % de l'électricité bretonne alors que la biomasse, avec les méthaniseurs dans les fermes, est montée à 8 %.

L'opération EcoWatt en sommeil depuis deux ans

RTE investira 39 MEUR sur trois grands chantiers. D'abord, le « filet de sécurité Bretagne », liaison souterraine de 76 km entre Lorient (Morbihan) et Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) pour renforcer l'alimentation du Nord de la Bretagne. Ensuite, le raccordement de la centrale au gaz de Landivisiau (Finistère).

Enfin, et surtout, le raccordement du futur parc éolien en mer dans la baie de Saint-Brieuc. « Nous mobilisons nos équipes de recherche et développement sur des techniques qui n'existent pas encore en France, poursuit Didier Bény. Il nous faut inventer les câbles et les postes en sous-marin pour transférer l'énergie dans le respect de l'environnement. » Retardés par des recours en justice, des parcs éoliens terrestres devraient renforcer la production d'énergie renouvelable avec l'objectif de 1 800 mégawatts en 2020.

Le concept EcoWatt initié en Bretagne pour alléger la consommation en périodes de grand froid, qui rassemble 52 000 foyers volontaires, perdurera jusqu'à la réalisation de ces grands équipements... Même si cela fait deux ans qu'il n'a pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant