Electricité: EDF conserve 70% de ses clients à la fin des tarifs réglementés des professionnels

le
0
468.000 sites ayant une puissance supérieure à 36 kVA sont concernés par cette obligation d'abandonner les tarifs jaunes et verts fixés par le gouvernement et proposés par EDF ou les entreprises locales de distribution. (AFP/MYCHELE DANIAU)
468.000 sites ayant une puissance supérieure à 36 kVA sont concernés par cette obligation d'abandonner les tarifs jaunes et verts fixés par le gouvernement et proposés par EDF ou les entreprises locales de distribution. (AFP/MYCHELE DANIAU)

(AFP) - Plus des deux tiers des professionnels concernés par la fin des tarifs jaunes et verts d'EDF depuis le 1er janvier ont décidé de rester clients du fournisseur d'électricité historique via ses offres à prix libre, selon un premier bilan du régulateur de l'énergie

Au 1er janvier 2016, "70% des sites ayant quitté les tarifs réglementés de vente ont souscrit une offre (de marché) chez EDF", plutôt que chez l'un de ses concurrents, indique la Commission de régulation de l'énergie (CRE) dans une délibération publiée mardi sur son site internet.

468.000 sites ayant une puissance supérieure à 36 kVA sont concernés par cette obligation d'abandonner les tarifs jaunes et verts fixés par le gouvernement et proposés par EDF ou les entreprises locales de distribution.

Parmi eux, "environ 100.000 sites" n'ont pas encore souscrit de nouveaux contrats en offre de marché et ont ainsi "basculé en offre transitoire", dont les tarifs sont en moyenne supérieurs de 5% aux tarifs réglementés, précise la CRE.

Cette offre "par défaut", proposée par le fournisseur historique, est valable six mois et la loi prévoit qu'à l'issue de cette période, la fourniture d'électricité est coupée si le client n'a pas souscrit d'offre de marché. 

Dans le gaz, "environ 20.000 sites", soit 18% des 108.000 sites professionnels concernés par la fin des tarifs réglementés au 1er janvier, n'ont toujours pas souscrit de nouveaux contrats et bénéficient d'une offre transitoire, sur le même principe que celle existant pour l'électricité.

Les sites concernés sont ceux dont la consommation annuelle est supérieure à 30 MWh mais inférieure à 200 MWh, alors que les tarifs réglementés ont déjà été supprimés pour les plus gros consommateurs.

Que se passera-t-il le 1er juillet 2016 lorsque l'offre transitoire prendra fin? Pour éviter les coupures de gaz ou d'électricité, le gouvernement prépare une ordonnance et a proposé deux options, examinées par la CRE dans cette délibération.

La première serait une prolongation de l'offre transitoire avec une majoration progressive du prix pouvant aller jusqu'à 50%, tandis que la seconde consisterait à désigner par appel d'offres un ou plusieurs fournisseurs pour assurer la continuité de l'alimentation en énergie aux sites qui n'ont pas basculé vers une offre de marché.

La CRE a émis un avis favorable pour la seconde option et défavorable pour la première.

Si toutefois le gouvernement choisissait de prolonger l'offre transitoire, le régulateur souhaite notamment qu'elle s'accompagne d'une majoration "significative d'au moins 20%" déterminée par la CRE et qu'elle soit limitée à une année supplémentaire.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant