Elections US : Obama battu et obligé de cohabiter avec un Congrès républicain

le
1
Elections US : Obama battu et obligé de cohabiter avec un Congrès républicain
Elections US : Obama battu et obligé de cohabiter avec un Congrès républicain

Sept pour six et une claque au bout. En faisant basculer sept Etats, les Républicains ont remporté les six sièges qui leur permettent de décrocher la majorité au Sénat. Ils ont par ailleurs conforté leur majorité à la Chambre des représentants. A la moitié de son deuxième et dernier mandat, Barack Obama, démocrate, n'a donc plus l'appui du Congrès. Un désaveu terrible pour le premier président noir des Etats-Unis d'Amérique dont l'élection, en 2008, avait soulevé tant de liesse et d'espoir. «No, we can't», pleurent ses soutiens.

En passant de 45 à au moins 52 sièges sur 100, les Républicains ont gagné leur pari. La carte des Etats-Unis a viré au rouge, à mesure que tombaient les résultats, Etat par Etat concernés par ces élections. La Virginie-Occidentale, le Montana, le Colorado, le Dakota du Sud, l'Arkansas, la Caroline du Nord, et enfin et surtout l'Iowa ont successivement basculé des mains des Démocrates à celles de leurs adversaires. En Louisiane, un second tour sera nécessaire le 6 décembre. La Maison Blanche s'attendait à une telle déroute qui la contraint à deux années de cohabitation, dont la dernière sera de toute façon marquée par la campagne présidentielle. 

VIDEO. Etats-Unis : les Républicains prennent le contrôle du Congrès

Aux mid-terms, les républicains remportent la majorité des sièges de sénateurs au Congrès. En rouge, leurs sièges. En bleu, les démocrates (Obama). En gris clair, les résultats en attente. En gris foncé, les Etats qui ne votaient pas pour le Sénat.

De même, à la Chambre des représentants, les Républicains pourraient gagner entre 14 et 18 sièges, selon la chaîne ABC, ce qui leur donnerait au moins 247 sièges, la plus forte majorité républicaine depuis les années 1930.

D'ici à 2016, les Républicains veulent travailler sur des chantiers économiques : des dizaines de lois «pro-croissance» sont prêtes. Depuis quatre ans, une guerre de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • q2lamrd le mercredi 5 nov 2014 à 12:36

    je ne savais pas que "modérateurs" sur ce site, signifiait "censeurs d'opinions" divergentes. Evidemment, ce site est un media apparten