Elections régionales en Italie: l'anti-mafia fait une liste de 17 «imprésentables»

le
0
Elections régionales en Italie: l'anti-mafia fait une liste de 17 «imprésentables»
Elections régionales en Italie: l'anti-mafia fait une liste de 17 «imprésentables»

Chaude ambiance à la veille des élections régionales et municipales partielles en Italie. Une commission parlementaire anti-mafia a rendu publics vendredi les noms de 17 candidats «imprésentables en raison de leurs problèmes avec la justice.

Cette liste, qui n'a aucune valeur juridique, comprend essentiellement des noms inconnus du grand public à part Vicenzo De Luca, candidat du Parti démocrate (PD) du chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, au poste de gouverneur de la Campanie (sud). Vincenzo De Luca, ancien maire de Salerne, une grande ville de Campanie, a été condamné en première instance pour abus de pouvoir et il doit également être jugé pour d'autres délits (fraudes, associations de malfaiteurs, abus de pouvoir) dans un procès débutant le mois prochain.

«Si ils pensent m'arrêter avec ces imbécillités... ils n'ont rien compris. Pour ça, il faut me tirer dans la tête», en peu de mots, le candidat président Pd Vincenzo De Luca répond sur le site de Il fatto Quotidiano ainsi aux polémiques sur les «imprésentables» et sur son inéligibilité. En intervenant à Meta (Naples) devant les hôteliers, l'ancien maire ancien de Salerne précise : «J'ai été condamné pour avoir nommé, il y a huit ans, un technicien de la commune project manager plutôt que coordinateur d'un groupe de travail : un crime linguistique.» Et encore: «Ils ont peur de perdre mais moi j'avance. Je veux tout débureaucratiser. Et qu'est ce qu'il va m'arriver encore, un autre procès...? »

La commission n'a pris en compte que les délits graves

Tous les 17 candidats, sur environ 4 000 qui se présentent aux élections visant à choisir les gouverneurs de sept régions sur 20 et les maires de plus de 1 000 municipalités (sur plus de 8 000 en Italie), proviennent de deux régions du sud, les Pouilles et la Campanie.

La commission parlementaire anti-mafia a réalisé cette liste à partir d'un code éthique qu'elle a adopté en septembre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant