Elections régionales en Andalousie : Podemos fait son entrée au Parlement

le
0
Elections régionales en Andalousie : Podemos fait son entrée au Parlement
Elections régionales en Andalousie : Podemos fait son entrée au Parlement

Selon des résultats partiels après dépouillement de 89,5% des bulletins de vote, le Parti socialiste garde son bastion andalous, avec 35,8% des voix et 47 députés sur 109 au Parlement régional de cette région stratégique politiquement car la plus peuplée avec 8,4 millions d'habitants sur 46,5. Le parti de gauche radicale Podemos, qui croyait en une victoire, arrive troisième avec 14,8% des voix et 15 députés, derrière le Parti populaire (au pouvoir au niveau national), qui obtient 26,4% des voix et 33 députés.C'est ce parti, au pouvoir à Madrid avec Mariano Rajoy, qui perd le plus puisqu'en 2012 lors des dernières élections régionales, il avait remporté 40% des voix.

Les 6,5 millions d'électeurs inscrits en Andalous se sont davantage déplacés ce dimanche que lors des précédents scrutins. A 18 heures, 51,4% de l'électorat avait voté soit 4,2% de plus qu'il y a quatre ans. Il faut dire que peu d'élections régionales sont  aussi suivies non seulement en Espagne mais aussi à l'étranger.

Le bipartisme fragilisé

Podemos s'est félicité sur la chaîne privée la Sexta d'avoir fragilisé le «bipartisme», qui se partageait environ 80% des suffrages en 2012 contre 60% désormais en Andalousie. Son numéro deux Iñigo Errejon a aussi noté que l'Andalousie est différente des autres, avec une population «plus rurale» et «plus âgée» tendant à «conserver les équilibres traditionnels».

Autre nouveau venu sur l'échiquier politique national, le parti de centre droit Ciudadanos, arriverait quatrième avec 9% des suffrages et 9 sièges. Né en Catalogne au milieu des années 2000 et dénonçant, comme Podemos, la corruption, Ciudadanos tente aussi de se lancer sur la scène nationale lors d'une année 2015 marquée par de nombreuses élections avec d'autres régionales et des municipales en mai, des élections en Catalogne en septembre et enfin des législatives à la fin de l'année.

Les conservateurs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant