Élections municipales : l'UMP espère une revanche sur Hollande

le
0
François Fillon, Jean-François Copé et Jean-Pierre Raffarin au côté de Fabienne Keller, candidate à la mairie de Strasbourg.
François Fillon, Jean-François Copé et Jean-Pierre Raffarin au côté de Fabienne Keller, candidate à la mairie de Strasbourg.

Avant de jouer le match de la présidentielle de 2017, l'UMP veut renouer avec la victoire lors des élections locales. C'est donc dimanche, lors du premier tour des élections municipales, que se jouera le premier round de la reconquête. Dans les rangs de l'UMP, nombre d'élus rêvent de rééditer le succès des élections municipales de 1983 pour la droite, deux ans après l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand, lors desquelles la gauche avait perdu trente et une villes de plus de 30 000 habitants, dont seize dès le premier tour. "Une victoire aux municipales serait un jalon essentiel sur la route vers l'alternance. Durant la Ve République, la plupart des élections municipales ont préfiguré les résultats des élections présidentielle ou des législatives qui les suivaient", rappelle le patron de l'UMP Jean-François Copé dans l'éditorial du dernier numéro du journal de l'UMP, Le Magazine de l'Union. Lors de ce scrutin, Jean-François Copé appelle les électeurs à "dire stop à François Hollande et à sa politique désastreuse". En nationalisant l'élection, il espère engranger les voix des déçus de François Hollande qui se sentent aujourd'hui trahis à cause de la pression fiscale ou des réformes de société. Renforcer le maillage du territoireDepuis l'élection de Nicolas Sarkozy à l'Élysée en 2007, l'UMP a perdu toutes les élections intermédiaires. De fait, sous la Ve République, le parti au pouvoir subit le plus souvent un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant