Elections législatives et municipales contestées au Burundi

le , mis à jour à 15:04
0

(Actualisé avec menace de l'UE §4) BUJUMBURA, 29 juin (Reuters) - Des élections législatives et municipales se tiennent lundi au Burundi, un scrutin boycotté par l'opposition après plusieurs semaines de violences déclenchées par la décision du président Pierre Nkurunziza fin avril de briguer un troisième mandat à la tête du pays. Avant l'ouverture des bureaux de vote, des coups de feu ont été entendus dans la capitale, Bujumbura, épicentre des manifestations organisées par l'opposition contre le président Nkurunziza et son gouvernement. De nombreux bureaux de vote ont ouvert en retard. L'Union africaine (UA) a retiré ses observateurs dimanche, estimant que le scrutin ne pouvait se tenir dans des conditions de liberté et d'équité satisfaisantes. ID:nL5N0ZE10T L'Union européenne, l'un des principaux soutien financier du pays, a menacé lundi de geler de nouveaux fonds d'aide après le refus des autorités de suivre les appels lancés par l'UA et par l'Onu en faveur d'un report des élections législatives et de l'élection présidentielle. Malgré la réprobation de l'opinion internationale, le gouvernement burundais a maintenu ce scrutin législatif. Il a accepté de repousser au 15 juillet l'élection présidentielle, qui était prévue dans un premier temps le 26 juin. Plus de 125.000 personnes ont fui le pays, ce qui représente un peu plus de 1% de la population burundaise estimée à 10 millions de personnes. La population craint les conflits ethniques et a en tête le génocide de 1994 au Rwanda voisin. (Clement Manirabarusha; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant